La traduction en français de Science et relativisme de Larry Laudan (Éditions Matériologiques, Traduction : Michel Dufour, Préface : Pascal Engel) donne l'occasion d'une réflexion sur la persistance du relativisme épistémologique. Dans son introduction, Larry Laudan, note que, pour la plupart des non-spécialistes, " le positivisme fut détrôné au début des années 1960 et remplacé par ce qui a été unanimement appelé « la philosophie des sciences post-positivistes » qui rendrait problématiques des notions telles que progrès, objectivité et rationalité et même validerait un relativisme radical en matière de connaissance (relativisme épistémologique). Ce constat pose le problème des formes de pensées présentes à une époque donnée, de leur diffusion, de leur prévalence. Ainsi, le relativisme culturel et épistémologique a largement diffusé dans la "post-modernité", pour des causes diverses qui ne sont certainement pas de bonnes raisons. Face à cela, l'auteur propose une contre-argumentation.

→ Malheureusement, Larry Laudan rate son but. La lecture est fastidieuse, même pour quelqu'un intéressé par la philosophie des sciences. Pour ce qui est des "non spécialistes" (auquel il s'adresse explicitement), je doute qu'ils poursuivent longtemps la lecture. Le livre se compose de longues discussions censées "capturer la complexité de la dialectique" entre philosophies des sciences de différentes obédiences, ce qui, au vu des incertitudes, conduit le lecteur à un scepticisme dubitatif. Cela ne contribuera pas à "saper l’attrait, malheureusement peu démenti par les années, exercé par le relativisme épistémologique sur une partie notable des milieux intellectuels".

"Sous prétexte que la connaissance scientifique serait relative à des contextes (politiques, idéologiques, linguistiques, culturels, etc.), elle ne serait guère assurée et sans préséance sur tout autre système de pensée. Pour prendre un exemple célèbre, la science ne vaudrait pas mieux que la sorcellerie…". Prétexte en effet, car la relativité à des contextes (politiques, idéologiques, linguistiques, culturels, etc.) ne veut pas dire qu'elle n'y ait pas des critères de validité qui rendent la science préférable à la sorcellerie ou à la religion. La science n'est pas une croyance parmi d’autres et le prétendre c'est participer aux mensonges de la post-vérité.

La charge menée contre l'abord scientifique du monde, pour mieux y substituer des croyances diverses, s'appuie sur le relativisme épistémologique de certains auteurs comme Paul Feyerabend, Richard Rorty, Bruno Latour, mais ce n'est qu'un prétexte (pour reprendre ce terme bienvenu). Cette charge antiscientifique participe du mouvement de sape (de déconstruction) tenace et de grande ampleur qui caractérise la post-modernité. Si on veut s'y opposer, il faut des arguments forts, nets, et compréhensibles par tous ; il faudrait surtout un système éducatif qui transmette et fasse comprendre largement ce qu'est la démarche scientifique.

 

Bibliographie :

Introduction de Larry Laudan en accès libre : http://excerpts.numilog.com/books/9782373611311.pdf

Article dans Philosophie science et sociétéQu'est-ce que la science?

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article.