Le concept de psychisme, au sens moderne du terme, ne désigne ni l'âme, ni l'esprit. Il vient de la psychanalyse freudienne qui a tenté de trouver une détermination aux conduites humaines relationnelles et en particulier à leurs aspects pathologiques. Le psychisme, tout en intégrant le fonctionnement cognitif, y associe des aspects neurobiologiques (pulsionnels) et des influences sociales. C'est donc une entité complexe qui n'est pas homogène et, de ce fait, difficile à cerner.

Si la clinique en psychopathologie permet d’établir des faits, la théorie cherche à en donner une explication rationnelle. Cette explication, dans le champ de la psychopathologie et de la psychanalyse, se synthétise en un modèle que l’on appelle généralement la « structure psychique ».

Par psychisme, on veut dire qu'il existe une entité complexe, repérable en chaque individu humain, qui génère les conduites, traits de caractère, types de relations, sentiments, symptômes, etc., décrits par la clinique. Cette entité évolue au fil de la vie individuelle et acquiert des contenus qui dépendent de facteurs relationnels, éducatifs, sociaux, et de facteurs biologiques et neurophysiologiques. Le psychisme intègre, selon une dynamique conflictuelle, les influences hétérogènes qui s'exercent sur l'individu humain : influences relationnelles, culturelles et sociales, et enfin des facteurs biologiques.

Le modèle a été métaphoriquement appelé « appareil psychique » par Sigmund Freud et son élaboration correspond à une branche de la psychanalyse appelée métapsychologie par Freud en 1915. La pensée structuraliste a substitué le terme de structure à celui d’appareil et évincé le terme de système, pourtant tout aussi intéressant.

Le psychisme est constitué par des éléments complexes organisés en strates (souvenirs, imagos, schèmes relationnels). Il a une dynamique ainsi qu'une structuration d'ensemble en systèmes ou instances. Le psychisme gouverne l'affectif (les relations interpersonnelles investies), le libidinal (le plaisir et la sexualité) et le narcissisme (identité, estime de soi). Tout cela est inconscient par définition, puisque reconstitué à partir de la pensée consciente et des actes observés cliniquement. Le psychisme participe très largement de ce qu'on nomme la personnalité.