Holisme (définition)

 

Le holisme est une manière de penser qui envisage le monde, ou certains de ses aspects, de manière globale. Il peut s'appliquer à bien des choses et de bien des manières et il est sujet à polémiques. Nous considérerons ici uniquement le holisme dans le cadre de la philosophie des sciences.

Le mot « holisme » a été introduit par Jan Smuts en 1926 ( Smuts (1926)) pour qui il désignait la tendance de la nature à former des entités plus grandes que la somme des parties. De la sorte, le holisme s'apparente à la pensée systémique et au structuralisme (voir ces termes).

La doctrine considérant les domaines scientifiques comme un tout a été défendue par Duhem. Pour cet auteur, ce n'est jamais un énoncé scientifique isolé, mais la science dans son entier qui affronte le verdict de l'expérience. 

Le mot est utilisé dans les sciences sociales. Durkheim est souvent présenté comme le fondateur de l’approche holistique, mais lui-même n'utilisait pas ce terme qui était surtout employé par ceux qui le critiquent. Durkheim a cherché à définir l'objet de la sociologie. C'est en définissant des objets spécifiques que la sociologie peut devenir une science. Mais, tout ce qui est social n’est pas nécessairement sociologique. Les objets de la sociologie sont ceux qui subissent exclusivement un déterminisme social. Bourdieu, lui aussi qualifié de "holiste", adopte l'attitude inverse. Pour lui, tout phénomène susceptible d’être influencé par l’environnement social peut faire l’objet d’une explication sociologique. 

Le terme de holisme est d'un emploi difficile.


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn