Capital (définition)

 

Thomas Piketty propose comme définition du capital : "l'ensemble des actifs non humains qui peuvent être possédés ou échangés sur le marché" (Piketty Th., Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013 , p. 82).

Il est intéressant de repérer, au sein de la masse patrimoniale globale, ce qui sert à un usage individuel (la richesse personnelle) et ce qui sert à un usage économique même si, en pratique, cette distinction est difficile à établir, car il y a des passages de l'un à l'autre.

Le capital à usage économique est mobilisé en permanence pour un projet qui vise sa reproduction et son augmentation en passant par la production de biens et services. Le capital à usage personnel consiste en biens meubles et immeubles possédés pour leur usage à titre personnel ou familial. L'ensemble des deux constitue le patrimoine.

La distinction tient au cycle des échanges et à leur finalité.

À titre personnel, on vend une marchandise (y compris son travail), afin de toucher de l'argent pour acheter un autre bien. C'est un cycle : Marchandise → Argent → Marchandise, dont la durée tient l'usage de la marchandise achetée et à l'usage du bien. Une maison est utile pour y habiter et peut être conservée longtemps, voire plusieurs générations.

Concernant le capital investi, l'agent économique achète une marchandise pour la revendre. C'est un cycle : Argent → Marchandise → Argent. La marchandise peut être elle-même de l'argent, ou un équivalent (actions, obligations, etc.). Ce qui est acheté n'est pas utilisé à titre personnel et sera conservé le temps de faire un bénéfice, ce qui peut être très court.

 


© 2018 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.