Cognition - Représentation (définitions)

 

On peut ramener les nombreuses capacités intellectuelles humaines à deux fonctions princeps, la cognition et la représentation. La question qui se pose alors est de savoir ce qui génère chez l'homme ces capacités cognitives et de représentation.

La cognition comprend tous les processus de traitement de données, des plus simples comme les perceptions, au plus complexes comme les concepts. La représentation permet de redoubler sous une forme symbolique les données, en particulier en utilisant les divers langages dont l'homme dispose.

L'ensemble se synthétise dans la pensée. La pensée est un mixte associant des modes représentationnels et cognitifs à des formes syntaxiques (signifiants linguistiques, symboles mathématiques, schémas dessinés, schèmes sonores, etc.), à quoi s’ajoute, lorsque c’est nécessaire, une liaison à la réalité (dénotation, référent, vérité empirique, jugement de réalité, etc.). Les pensées sont, soit mentalisées et conscientes (rendues perceptibles à l’individu), soit communiquées (rendues perceptibles aux autres).  

Ces capacités sont, selon l'hypothèse réductionniste biologisante, générées par le niveau neurobiologique et selon l'hypothèse spiritualiste-idéaliste par l'Esprit. Il existe une autre hypothèse, celle d'un niveau d'organisation spécifique. Ce niveau se comprend dans le cadre de la théorie des niveaux d'organisation/intégration et de l'émergence appliquée à l'homme. Dit très brièvement, l’émergence désigne la naissance d’un mode d’organisation/intégration qui se forme à partir du mode d’organisation de complexité inférieure.

On peut supposer que le niveau cognitif et représentationnel émerge du neurobiologique par un degré supplémentaire de complexification permettant un saut qualitatif dans les propriétés. L'émergence permet d'expliquer comment il peut y avoir à la fois une filiation avec le neurobiologique et une autonomie possible.

La thèse du niveau cognitivo-représentationnel est plausible, car, au vu des connaissances actuelles, il est abusif de prétendre que l’homme pense à l’aide de ses neurones. Supposer un mode d'organisation de degré supérieur au système nerveux formant le niveau cognitif et représentationnel, c'est donner une origine plausible à la pensée et aux conduites intelligentes de l'homme.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.