Matérialisme (définition)

 

Laissons de côté l'Antiquité, nous ferons référence au matérialisme moderne, apparu au XVIIIe siècle.

Le terme matière gardant souvent sa connotation empirique originelle, il s'ensuit parfois une doctrine matérialiste triviale dans laquelle la matière "c'est ce que nos sensations et nos perceptions nous présentent, c'est, d'une manière générale, tout ce qui nous entoure" (Politzer G., Principes élémentaires de philosophie, Paris, Éditions sociales, 1961).

Le matérialisme est dans ce cas une conception issue de l’empirisme spontané. Les choses étant constituées d'un matériau pouvant prendre diverses formes (selon l'opposition classique entre forme et matière), on en conclut qu'il s'agit de choses matérielles. Dans la vie courante, il est utile de connaître la matière dont est constitué un objet.

Au XIXe siècle, Karl Marx a voulu ranger l’économie politique sous la bannière du matérialisme, en prenant en considération les conditions de vie concrètes des individus dans la société : leurs revenus, leurs rôles dans la production, leurs places dans la hiérarchie sociale, leurs intérêts socio-politiques. Le terme "matériel" désigne les biens et leur répartition, et l’usage empirique du terme matérialisme est étendu vers la sphère sociale.

Le matérialisme a été souvent associé au naturalisme rationnel, qui suppose que le monde existe de manière immanente (sans cause ou origine externe et transcendante) et qu’il peut être connu. Il a finalement été une bannière ralliant ceux qui s’opposaient à l’irrationalisme et à l’idéalisme/spiritualisme. C’est une sorte de naturalisme qui s’ancre sur l’idée d'une substance matérielle. Mais, le naturalisme n'implique pas nécessairement l'idée d'une substance, c'est pourquoi il faut les distinguer.

Le matérialisme est au fond une doctrine ontologique. Le cœur du matérialisme tient dans l’affirmation d’une substance unique ou fondatrice : la matière. L'ontologie matérialiste affirme qu'il y a un constituant unique du réel, nommé matière, qui serait homogène et perdurant. C'est une opinion indémontrable que les avancées de la science ne confirment pas. Affirmer une substance unique est un postulat métaphysique.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.