Périodisation (définition)

 

Délimiter des périodes, en matière d’histoire des idées et d’histoire des sciences, ne se réduit pas à un simple repérage temporel utile. Il s’agit, au travers du temps, de noter des manières de penser différentes et spécifiques.

Délimiter une période impose de mettre en évidence les traits qui la caractérisent et qui permettent de la différencier d’une autre. De plus, il faut identifier la façon dont le passage d’une période à une autre s’opère, la manière dont se produit le changement. Il peut être rapide (on parle alors de rupture, de révolution) ou progressif (on parle de continuité de transition, de transformation) ; de toutes les façons, une évolution est nécessaire pour instituer des différences.

La périodisation est importante. C’est une manière d’éviter des erreurs grossières d’interprétation, celles qui prêtent au passé ce qui appartient au présent. Par exemple, ce qu’on nomme « science » ne correspond pas à la même activité humaine, ni à la même approche du Monde, selon les époques. L’activité épistémologique doit se préoccuper de respecter les spécificités et de reconstituer les différences. Autre exemple, pour ce qui est des idées, l'idée de Nature dénote moins quelque chose, qu'une manière d’habiter le Monde qui a fortement évolué au fil du temps et avec les changements civilisationnels.

L’Histoire générale des sciences (Paris 1966), dirigée par René Taton, distingue quatre périodes : la science antique et médiévale des origines à 1450, la science moderne de 1450 à 1800 et la science contemporaine de 1800 à nos jours.

La seconde moitié du XVe siècle et le XVIe siècle correspondent à la Renaissance est considérée comme une époque de transition. La science authentique débuterait au XVIIe siècle avec Viète, Gilbert, Galilée, Kepler, Newton, Bacon, Harvey.

Autre exemple la notion d'épistémè de Michel Foucault. Passé le Moyen Âge, Michel Foucault décrit trois épistémès en Occident : celle de la Renaissance, celle de l'âge classique, et enfin l'épistémè moderne. C'est une périodisation fondée sur la cohérence des savoirs.