Nature (définition)

 

Il y a un intérêt à distinguer entre l'usage métaphysique et l’usage pratique du terme de nature.

Les métaphysiques de la nature considèrent une entité naturelle globale, ayant une sorte d'existence ontologique propre. Le problème théorique posé vient de la relation entre le Monde (comme totalité) et la Nature, qui conduit à des bizarreries. S'ils sont distincts, il y a dans le Monde un reste non naturel et mystérieux et, s'ils sont identiques, l'utilité d'appeler le Monde "Nature" est un parti pris discutable, car alors tout est nature et c'est le monde.

La naturalisation généralisée du Monde, par le naturalisme, tend à gommer ou minimiser des différences fondamentales : entre la socio-techno-culture humaine et l'environnement vivant (non modifié et en équilibre), et entre le vivant et l'inerte (géologique, astronomique). Ces distinctions ont une portée pratique.

- Sur le plan empirique, distinguer ce qui est régit par un déterminisme écologique et ce qui est du ressort des lois et règles socioculturelles a un intérêt. Il est utile du point de vue pratique de désigner, pour le caractériser, l’environnement vivant, non modifié par l’homme, dans lequel les écosystèmes évoluent spontanément. Cette distinction admise par l'écologie scientifique considère les activités humaines comme exogènes, ce qui permet de caractériser leurs effets.

- Si le vivant et l'inerte sont identiquement naturels, cette appellation gomme une distinction essentielle. La biosphère (l'ensemble de la vie sur terre) se distingue de la sphère géologique et géophysique, car elles n'ont pas les mêmes dynamiques. La Terre peut exister comme astre mort, qui sera tout aussi naturel qu'un astre habité. D'un point de vue pratique, ce n'est pas la même chose.

Il est utile de distinguer ce qui se passe en dehors des actions humaines (les écosystèmes vivant en équilibre), les activités humaines (culturelles, sociales, techniques, industrielles) et l'interaction entre les deux (l'action massive de ces dernières est noté par le terme récent d’anthropocène). Cette interaction est préoccupante au titre que la Terre, du point de vue du vivant, forme un système fini partiellement autonome, nommé la biosphère, qui est fragile et peut être modifié de manière irréversible et imprévisible. Par contre, la Terre en tant qu'astre géophysique ne sera pas affectée. Tout ne peut être englobé sous le même terme de Nature.

 


© 2019 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIÉTÉ
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.