Cognitif - Cognition (définitions)

 

Cognitif et cognition ont trait à la capacité à connaître. Ces termes neutres, sans présupposés substantialistes, sont d’un emploi facile, car ils présentent peu d’ambiguïté.

On peut rassembler sous le terme de cognition les capacités humaines d’intelligence, d’idéation, de langage, de calcul, d’invention, de jugement, de réflexion, etc. Une place particulière doit être faite à la représentation, c'est-à-dire à la capacité de présenter tout chose, en pensée ou en acte, indépendamment de la situation concrète.

Plus spécifiquement, la cognition a trait aux nombreux et divers processus de traitement de données, qui concernent les données les plus simples comme les perceptions ou les plus complexes comme les concepts. Les processus en jeu sont très divers, basiques ou élaborés, rationnels ou irrationnels.

Cette définition de la cognition évite les présupposés matérialistes ou spiritualistes concernant l’activité humaine de connaissance. Elle suppose que cette activité est le fait de processus de même nature qualifiés de « cognitifs » qui ont des caractères communs et sont interactifs les uns avec les autres.

La cognition, selon la thèse du réductionnisme biologisant est générée par le niveau neurobiologique et, selon l'hypothèse spiritualiste-idéaliste, elle est attribuée à l'esprit. Il existe une autre possibilité consistant à supposer aux processus cognitifs une forme d'existence propre correspondant à l'émergence d'un niveau ontologique spécifique, le niveau cognitivo-représentationnel. Cette dernière thèse est plus heuristique que la thèse réductionniste, car elle permet d’envisager une autonomie de la cognition humaine, ce qui expliquerait la possiblité d'une rationalité et d'une validité des raisonnements.

 


© 2018 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIÉTÉ
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.