Vrai - Vérité (définitions)

 

Le terme « vrai » est parfois employé dans le sens de « tenu pour vrai » ou « déclaré vrai », désignant ainsi ce qu'il est convenu de croire. La qualification de vérité concerne dans ce cas ce qui est collectivement adopté et imposé, le dogme, le texte sacré. Cette utilisation est litigieuse.

Plus justement, on qualifiera de vrai ce qui s’impose avec certitude selon une démonstration rationnelle partagée ou une constatation empirique bien contrôlée. Dans ce cas, le vrai ne peut se prévaloir ni de l’autorité, ni d'une révélation, ni de l’intuition immédiate.

Le vrai se démontre sur le plan théorique et sur le plan empirique. La démonstration doit obéir aux règles élémentaires de logique, sauf à s’invalider et la constatation empirique doit être faite selon une méthode contrôlée. Si Socrate est un homme et que les hommes sont mortels, il est théoriquement vrai que Socrate est mortel. Si on constate sa mort, la proposition Socrate est mort est empiriquement validée et peut être déclarée vraie.

De cette nécessité de démonstration, il s’ensuit qu’on ne peut pas prétendre à des vérités éternelles absolues, mais seulement des vérités démontrées au vu du savoir actuel qui dépend des évolutions scientifiques et philosophiques. La vérité démontrée est relative à la connaissance telle qu’elle existe à un moment donné. Elle tend vers l’universalité au sens de partageable et commune pour tous.

La recherche de la vérité démontrée se construit sur l’opposition d’avec le faux et, dans son cheminement, elle est amenée à des choix binaires. Cependant, dans ses résultats, cette recherche du vrai n’aboutit pas à des affirmations univoques sur le monde. Dans bien des cas, la vérité est nuancée.

La vérité est cruciale pour la science et la philosophie, car une proposition qui n’est ni vraie ni fausse peut être remplacée indifféremment par toute autre ; elle correspond à une inclinaison ou une opinion personnelle. Par contraste, la vérité démontrée rend la proposition partageable par tous. Cependant, la complexité du problème tend à faire parler de vérisimilitude dans les sciences.

Certaines propositions sont inaccessibles à la vérification parce que leur sens est flou, métaphysique et/ou que leur aspect empirique échappe à tout contrôle. Ce peut être à cause d’une formulation paradoxale, comme dans l’exemple donné par Bertrand Russell : "L'actuel roi de France est chauve". Un tel énoncé n’est ni vrai, ni faux, car l'actuel roi de France n'existe pas, si bien que l'énoncé ne peut être validé.

 


© 2018 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.