Sujet (définition)

 

Le sujet est devenu la notion à tout faire de la psychologie, de la psychanalyse, de la morale, de l’éthique, de la politique, du droit, de la linguistique et même de la critique littéraire. Il est le nom moderne d'une entité floue combinant la personne, l’individu, l’ego, le moi, le Je, tantôt origine du discours, de la pensée, tantôt fruit de l’inconscient et effet de la structure. Parmi les diverses locutions fréquemment employées, nous avons le sujet humain, le sujet de droit, le sujet automate, le sujet collectif, le sujet de la science, le sujet de la psychanalyse, le sujet social, etc.

La modernité s’est construite sur l'idée que l'homme est un sujet souverain, mais, par ailleurs, elle n’a cessé de démontrer la vanité d’une telle prétention en mettant en évidence les multiples déterminations, biologiques, psychologiques, sociales, économiques, épistémiques, dont il dépend et qu’il méconnaît.

En philosophie, le sujet, à l'origine substance ou substrat, chose porteuse d’accident, est devenu agent et en particulier l’agent de la pensée rationnelle. On désigne ainsi le supposé point de source de la pensée, l'origine de l'autonomie consciente, de la souveraineté et de la liberté individuelle, voire l’agent unique des actes, le pilote virtuel de l’individu autonome. La problématique du sujet est également venue se greffer sur une théorie de la connaissance, opposant sujet et objet, ce qui implique que le sujet ne puisse être en même temps son objet. Le sujet serait l'origine de la connaissance, le pilote autonome la dirigeant vers la réalité extérieure objectivable, dont il ne ferait pas partie. Mais, la subjectivité étant trompeuse, il faudrait aller vers l’objectivité.

Pour Descartes, il est évident qu'en l’homme, c'est un "je" ou un "moi" qui pense. Par là, se dessine un mouvement d’appropriation de l’esprit-substance, le "sujet" participant de cette substance et la résumant. La pensée, considérée comme certaine, est attribuée à un sujet unifié et individué (je-moi) et l'un et l'autre sont substances.

Selon Emmanuel Kant, le sujet contient la conscience intellectuelle d'être et il constitue l'unité synthétique originaire de l'aperception, condition transcendantale de la pensée et de l'expérience. Il ne peut être saisi empiriquement, puisque c'est le point de source premier, la condition de la pensée et de l'expérience. Le sujet n'a pas de contenu et il est toujours identique à lui-même. La connaissance empirique de l'homme concerne nécessairement autre chose que le sujet. Il est  exprimé aussi bien par je, il ou ça. « Par ce "Je", ou cet "Il" ou ce "Cela" (la chose) qui pense, rien d’autre n’est représenté qu’un sujet transcendantal des pensées = x, que nous connaissons seulement par les pensées qui sont ses prédicats » (Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1985, p. 281).

Une définition unifiée du sujet est impossible, car le terme cumule trop de sens différents et contradictoires. C'est pourquoi il paraît sage de laisser le terme de "sujet" aux doctrines qui s'en réclament avec précision (cartésianisme, kantisme) et d'utiliser le terme de "personne" pour désigner l'humain (voir Personne et Personnalité) ou encore celui d'agent en ce qui concerne les individus poursuivant une activité orientée par une finalité précise.

 


© 2017 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIÉTÉ
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.