Récit (définition)

 

On a qualifié de "grand récit" une narration portant sur l'homme, la société et le monde en général si elle est largement partagée au sein d'une culture. Les mythes traditionnels, qui nous parlent des origines du monde, de son devenir, de la place de l’homme, sont des fictions car leur référent est douteux. Ces mythes entraînent une adhésion croyante qu’il est généralement difficile de remettre en cause.

La philosophie peut proposer des récits qui diffèrent des mythes : des « récits philosophiques ». Comme le mythe traditionnel, un tel récit donnera du sens au monde, mais il ne sera pas gouverné par l’imaginaire ou par des structures narratives qui en détermineraient le contenu. Il s'appuiera sur les connaissances empiriques reconnues qui lui assurent un référent solide et proposera une synthèse philosophique qui fait sens en se référant, si besoin est, à une visée éthique explicite. Le récit philosophique donne forme aux événements et aux changements, il les repend dans un histoire neutre, sans téléologie, ni dessein. Plutôt que de participer aux mythes religieux, aux fictions métaphysiques et aux idéologies trompeuses, le philosophe se doit de proposer des récits cohérents et réalistes, éventuellement porteurs d'une éthique, et ainsi participer à la culture dont l'homme et la société ont besoin.

Les sciences proposent des conceptions du monde qui dépassent leur champ propre. On peut alors parler de « récit scientifique ». Il faut distinguer les récits internes à la science et les récits externes largement divulgués. Les premiers, constate Thomas Kuhn, s'intègrent aux paradigmes de la science. Ils soutiennent et orientent la recherche scientifique, lui donnent une place sociale et culturelle, cimentent le groupe des chercheurs.

Les seconds sont une vulgarisation de la science, ou mieux, une transformation philosophique du savoir scientifique. Ils s'intègrent aux récits philosophique dont ils sont parfois peu différents. Un tel récit philosophico-scientifique donne du sens au monde, mais il n’est pas, à l'instar du mythe, gouverné par l’imaginaire ou généré par des structures narratives. Il donne une conception du monde et de la place de l'homme appuyées sur le savoir scientifique de son époque.

Au sein des cultures, il y a des relations conflictuelles récurrentes entre les récits philosophiques issus des sciences et les récits traditionnels idéologiques, mythiques et religieux. L’affaire Galilée en est un exemple caractéristique. Galilée ne s'est pas contenté de proposer une hypothèse théorique en latin, il a publié un récit cosmologique en langue vulgaire contredisant la bible.

 


© 2018 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIÉTÉ
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.