Transcendantal (définition)

 

La philosophie scolastique admettait l’existence de concepts premiers et généraux. Cela remonte à Avicenne qui avait supposé, au début de sa Métaphysique, que toute connaissance simple repose sur quelques concepts premiers et indéfinissables qui sont spontanément présents dans l’intellect. Ce seraient des formes ou conditions a priori de la connaissance. De tels concepts sont appelés au Moyen Âge des « transcendantaux », car ils transcendent tout genre déterminé et s’appliquent indifféremment à tout : leur universalité en fait des conditions de possibilité de la connaissance. C’est selon ce principe d’une connaissance a priori des propriétés universelles de l’être en général que s'est construite la métaphysique médiévale des transcendantaux.

Emmanuel Kant a modifié l'usage du terme transcendantal. Les idées et concepts qui semblent premiers doivent être ramenés à leurs « conditions de possibilité ». La philosophie transcendantale a pour tâche de rapporter ce qui parait immédiat à la capacité de connaître qui est à son origine. Elle doit chercher dans l'entendement, la possibilité des concepts y compris premiers et analyser l'usage que nous faisons de notre entendement. C'est là, l'objet de la philosophie transcendantale (Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1967, p. 86).

Le changement de sens par rapport à la scolastique n'est pas anodin, car Emmanuel Kant désapprouvait l'usage direct de concepts a priori, usage métaphysique prétendant à la connaissance du réel en soi et encore bien plus s'il s'agit de partir d'objets donnés par l'expérience (a posteriori).

La signification de transcendantal est double. Le terme  désigne

- La réflexivité de la pensée philosophique sur elle même qui interroge sa méthode et ses conditions de possibilité pour aller vers la vérité.

- Les principes qui découlent de cette interrogation critique et définissent ainsi les limites de la pensée prétendant à une validité.

La manière philosophique abstraite et rationnelle de penser le Monde, est interrogée sur ses conditions de possibilité. Cela aboutit à des règles sur la manière de penser et aussi sur les objets qui sont pensables, ou pas, de manière rationnelle. La philosophie transcendantale n’a pas d’objets réservés ou spécifiques mais au contraire son domaine se définit par l'examen des conditions à partir desquelles le philosophe peut penser quelque chose de vrai. Ce qui devrait l'inciter à laisser de côté ce sur quoi il pense faussement (des objets inadéquats c’est-à-dire métaphysiques). La philosophie transcendantale est une connaissance portant sur la pensée.

De nos jours, le terme « transcendantal » est employé de plusieurs manières. Il désigne la démarche réflexive qui cherche les conditions de possibilité de la connaissance dans les structures a priori du cognitif. En un autre sens, transcendantal désigne les structures cognitives elles-mêmes et, tout particulièrement, les concepts et les catégories qui rendent l’expérience possible. En un sens ontologique, transcendantal veut dire que le fondement des capacités cognitives est irréductible à autre chose.

En résumé, transcendantal qualifie spécifiquement la réflexion qui ne porte pas directement sur les objets, mais sur les conditions de possibilité de la connaissance. C’est une pensée réflexive sur la pensée et les conditions de sa pertinence... ou de son fourvoiement. C’est une des tâches essentielles de la philosophie moderne.