Imprimer
Affichages : 18052


Monde (définition)

 

L’ancêtre du concept est la φύσις de la pensée grecque. Pour les Présocratiques, le concept de Phusis ou Nature désigne tout ce qui est et advient, tout ce qui se produit, (choses, événements, processus, changements).

Dans la modernité, après Emmanuel Kant, on peut considérer que le Monde est une idée de la raison visant la totalité. Le Monde ainsi défini dépasse les possibilités de la connaissance et il est difficile d’en donner une définition exacte et non contradictoire. C'est une idée régulatrice permettant de stabiliser la pensée lorsque l'on veut désigner tout ce qui existe. Le Monde n'est pas que la totalité, sans quoi le concept de totalité suffirait : il est la totalité de ce que nous supposons exister. Mais, dans ce cas, l'existence ne qualifie pas la totalité. Le groupe nominal « totalité de ce qui existe » désigne l'existant pris dans son ensemble. 

Pour clarifier la discussion le nous utiliserons le termer de Monde noté avec une majuscule pour désigner tout ce qui existe, et la notion de monde notée avec un minuscule pour ce qui peut être qualifié. Dans ce dernier cas, il peut y avoir un monde spirituel, un monde animal, un monde sublunaire, un monde parallèle, le monde social, etc.

On parle souvent de monde pour désigner la manière subjective dont chacun perçoit et conçoit sa vie, son entourage, ou encore, dans le cadre de la phénoménologie pour noter "l’intersubjectivité transcendantale constitutive du monde" (Husserl). Le monde de la phénoménologie n'est pas le Monde tel que définit ici. Dans le langage courant, le terme "monde" désigne la Terre, abusivement assimilée au tout. Par exemple, la globalisation des échanges sur Terre est nommée mondialisation

L'emploi du concept de Monde se doit d'être aussi prudent que son extension est grande. De la totalité, nous ne pouvons pas dire grand chose, si ce n'est qu'il est logique d'en faire partie. Définir le Monde comme totalité implique qu'il n'y ait pas autre chose comme un autre monde, car au-delà de tout, il n'y a rien. Si le Monde est tout, il est unique.

Il est facile de clarifier le débat et d'éviter les méprises en faisant intervenir d'autres concepts, ceux de réel et de réalité. Le réel est ce qui existe en soi et indépendamment de nous, la réalité ce qui existe empiriquement pour nous. Si on ne tient pas fermement la distinction entre empirique (connu grâce à l'expérience) et existence en soi (qui est indépendante de nous), on entre dans des problèmes philosophiques sans intérêt et insolubles au sujet du Monde, car on applique des raisonnements à des catégories au sein desquelles ils ne s'appliquent pas.

Le réalisme affirme que le réel et la réalité existent, mais, comme tout propos ontologique, le réalisme doit être prudent, car il a un caractère hypothétique. Ce que l’on appelle généralement la réalité naît de l'interaction entre l'homme et ce qui existe (le réel). Le concept de Monde sert à regrouper ces deux aspects interdépendants que sont le réel et la réalité et à les considérer dans leur totalité. La notion d'Univers est généralement utilisée pour désigner la partie du Monde connue grâce aux sciences. Le Monde excède nécessairement très largement l'Univers.