Philosopher en montagne
Silence blanc

 

En montagne s'installent parfois des moments méditatifs de prise de conscience des limites humaines, comme celui décrit par Jack London : « Tout mouvement s'arrête, le ciel s'éclaircit, et prend l'aspect d'une plaque mortuaire. Le plus léger murmure semble un sacrilège, et l'homme devient timide, effrayé par le son de sa propre voix. Personne ne parle, tout le monde pense, chacun prend sa véritable dimension » (Le silence blanc et autres nouvelles, Jack London, 1900).