Réalisme (définition)

 

Le réalisme en philosphie est une notion qui peut prendre des significations opposées selon la manière dont on l’emploie. Dans son sens général, le terme de réalisme suppose une existence assurée. Une attitude réaliste consiste à porter un jugement d’existence et d’autonomie sur un référent quelconque. Selon le référent en question, les conséquences seront très variables et même contraires. 

L’assertion peut porter sur les phénomènes (les faits). C’est l’attitude des empiristes qui considèrent que la réalité factuelle existe de manière autonome. Nous le qualifierons de réalisme empirique. Il dérive du réalisme spontané qui, dans la vie courante, nous fait considérer que les choses qui nous entourent existent.  

L’affirmation peut porter sur ce qui sous-tend les choses et les faits, le réel. C'est le réalisme ontologique qui admet une existence indépendante du réel (distinct de la réalité factuelle), c'est-à-dire de la constitution du monde.

Si ce réel est considéré comme une substance, c’est un réalisme substantialiste. Et là, plusieurs possibilités s’offrent, selon que la substance considérée est de nature matérielle ou spirituelle. Dans le premier cas, le réalisme donne la doctrine matérialiste. Dans le second cas, plusieurs possibilités existent.

Si l’assertion concerne les idées, c’est un idéalisme (platonicien) qu a été repris par la thèse des « réaux » au Moyen Âge, opposés aux nominalites. Si l’assertion réaliste porte sur les lois scientifiques, le réalisme est plutôt un légalisme. Dans ce cas, les lois sont considérées comme ayant une existence indépendante de la science et du savant. Une variante est constituée par le causalisme, qui considère qu’il y a une structure causale du monde.

L'affirmation de l’existence du monde et, plus précisément, d'un réel indépendant de l’homme est de bon sens. Concernant les faits (la réalité), une position nuancée parait plus adaptée. Les faits existent en interaction avec nous. Les sciences construisent des faits par l'observation et l'expérimentation, ils sont relatifs à l'expérience qui les fait naître. Cependant la résistance et la persistance qu'ils manifestent vient du réel. On doit adopter à leur égard un réalisme relatif. Enfin, les idées, concepts et théories sont assurément des productions humaines et rien ne permet de les dissocier de l'homme. Elles font partie du monde comme produits humains et ont un caractère factuel. L'idéalisme apparaît, par conséquent, comme un réalisme abusif.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn