Corps et esprit (définitions)


Il peut paraître bizarre de définir deux termes dont le sens est évident. Dans le langage courant, le corps est l'apparence concrète des êtres vivants et l'esprit les productions intellectuelles mentalisées. C’est une conception spontanée, adaptée à la vie ordinaire. Dans la conversation courante, il est souvent nécessaire de les utiliser à titre de catégories empiriques communément admises.

Dans la philosophie d'inspiration cartésienne, l’esprit est la substance de la pensée (cogito) et le corps la substance des phénomènes vitaux (rapportés à la substance étendue). Cette attitude répond au classique dualisme des substances.

Fréquemment, on assiste au mélange de la conception ordinaire et philosophique. Le corps est alors considéré comme un objet de substance matérielle saisissable concrètement et l’esprit un objet de substance spirituelle se manifestant subjectivement. C’est une erreur conceptuelle qui engage la pensée dans une impasse et engendre le problème insoluble du rapport des deux.

Le problème ainsi posé de la relation entre corps et esprit est lié au dualisme des substances et a priori insoluble, puisqu'il est posé selon le postulat d'une séparation radicale entre les deux. Et, de fait, depuis Descartes, le problème philosophique classique des rapports entre le corps et l’esprit (le «mind-body problem» de la littérature anglo-saxonne) est resté sans solution. Différentes propositions philosophiques consistant à rompre avec le dualisme sont apparues, propositions permettant d'éliminer ce type de problème. 

Dans les sciences, à la notion ordinaire de corps se substituent les objets des différentes sciences biologiques et médicales (anatomie, physiologie, immunologie, biochimie, etc.) et à la notion d’esprit les objets des sciences de l’homme (psychisme, cognition). Ces objets épistémiques sont radicalement différents des notions ordinaires et dualistes de corps et d'esprit.

Dans une perspective philosophique, il est préférable d'éviter d’utiliser les notions de corps et d’esprit qui apportent des confusions et engendrent des difficultés conceptuelles, sauf à les rapporter au contexte épistémique dans lesquelles elles prennent sens.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn