Anthropologie
(définition)

 

Par anthropologie, on entend un savoir cohérent sur l'homme. Dans toutes les cultures, on trouve une conception de l’être humain, une anthropologie commune et partagée. Celle-ci joue un rôle important, car elle fonde l’identité collective et elle est généralement défendue avec âpreté. Spontanément reprise par chacun, elle est à la fois explicite et implicite. À côté d’elle, il existe une anthropologie savante qui prend deux formes, philosophique et scientifique. L’anthropologie scientifique appartient au domaine des sciences humaines et sociales et elle s’est majoritairement orientée vers l’étude des organisations socioculturelles. L'anthropologie philosophique cherche à donner une vision synthétique de l'homme et de sa place dans le monde. 

Une nouvelle anthropologie philosophique a vu le jour en Allemagne dans les années 1920 et 1930. Sa démarche fut de mettre à profit les enseignements des sciences de la nature et des sciences de l'homme pour tenter de cerner les caractéristiques de l’espèce humaine et sa position spécifique dans le monde. Cette attitude philosophique rationnelle qui s'appuie sur les connaissances empiriques est tout à fait souhaitable. 

Aujourd'hui on doit admettre que  l’homme est dans le monde, et qu'il n'y a pas de discontinuité qui mettrait l'homme à part. Mais, l'homme a une spécificité : il pense, il évolue au sein d'une culture, il vit au sein de sociétés complexes. À titre individuel, chaque humain est capable de conduites finalisées tout en ayant conscience de lui et du monde. Tout ceci implique des capacités spéciales : capacité de penser et d’utiliser des langages diversifiés, capacité à communiquer et à transmettre sa pensée, à forger des institutions qui reflètent un ordre et organisent la société.

La spécificité de l'homme, que doit traiter l'anthropologie philosophique, est liée au sens, à la pensée, aux idées, à l’intentionnalité, à la volonté, à la conscience. Ces aspects ont fait l’objet de conceptions diverses. La philosophie, tout au long de son histoire, en a donné des interprétations de deux types : spiritualistes ou matérialistes. Nous en proposons une autre, en supposant que l'évolution a permis l'émergence chez l'homme d'un niveau ou mode d’organisation spécifique, dépassant l’organisation neurobiologique, que l'on peut nommer le niveau cognitif et représentationnel. Cette hypothèse évite les suppositions métaphysiques sur l'esprit tout en donnant un fondement à la possiblité humaine d'une pensée autonome.

Voir l'article : Un homme cognitif

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn