Connaissance - Savoir (définitions)

 

Le terme français "connaissance" vient du vieux français "conoistre" qui date du XIe siècle. Ce dernier dérive du latin cognescere et noscere qui veulent dire à la fois apprendre, connaître et savoir. Le terme notus renvoie, quant à lui, à une action accomplie ; il est à l'origine de "notion".

Il est intéressant, en épistémologie et philosophie des sciences, de distinguer la connaissance, c'est-à-dire le processus actif de production, de son résultat, le savoir lui-même. Ce dernier, une fois constitué devient un corpus transmissible.

La connaissance est un rapport actif au monde qui vise à s’en faire une représentation et à l’expliquer. Elle mélange l’expérience, l’action et la réflexion. Toute connaissance demande du temps pour se constituer, celui du déroulement de l'action cognitive. Il y a divers types de connaissances plus ou moins efficaces et réalistes. 

Le savoir est le corpus des notions admises et transmises. Il représente le monde d’une certaine manière et façonne la relation entre l’individu et le monde. Il demande un apprentissage et il se cumule au fil des générations, constituant ainsi la culture. Il existe des savoirs de qualités bien différentes. On ne peut attendre la même chose d’un savoir philosophique, d’un savoir idéologique, d’un savoir scientifique ou encore d’un savoir-faire pratique. La qualité des savoirs est variable et elle peut être parfois mauvaise (savoirs inefficaces, inadéquats, illusoires).

 


© 2016 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn