Humanisme (définition)

 

L'humanisme est un mouvement intellectuel apparu avec la Renaissance italienne et qui s'est propagé en France au XVe et au XVIe siècles. Nous verrons ici uniquement le sens philosophique contemporain.

Cette conception philosophique est fondée sur l'idée selon laquelle l'homme a une potentialité dont le développement permet l'humanité. L'humanisme suppose un fond commun à tous les hommes, une possibilité pour tous les membres de l'espèce sapiens de devenir humain. Le versant éthique de l'humanisme prône la dignité et la valeur de tous les individus humains et rejette les diverses formes d'asservissement. C'est un effort pour sortir l'homme de la fatalité destructrice, de la volonté de domination, des affrontements sociaux, pour le protéger au nom d'un principe supérieur d'humanité.

L'humanisme a plusieurs visages, car il dépend de la conception de l’anthropologie sur laquelle il s'appuie. Il prendra des formes différentes selon que l'on considère l'homme comme un être spirituel, matériel ou social, et l'humanité comme le développement de l'un ou de plusieurs de ces aspects. Les moyens d'une promotion de l'homme seront, dans ces divers cas, bien différents. C'est la deuxième difficulté pour définir l'humanisme.

Pour notre part, nous considérons que l'individu humain résulte de la synthèse individualisante d'aspects biologiques, psychologiques et sociologiques. Il y a donc une pluralité ontologique de l'homme. À partir de là, l'humanisme consisterait à respecter la pluralité de ce qui constitue l'homme, à le considérer selon toutes ses dimensions. Il s'oppose donc aux doctrines cherchant à éliminer certains aspects ou à parcelliser l'homme.

De plus, il faut considérer que l'homme est issu de divers processus évolutifs : à l'échelle de l'espèce, à l'échelle de l'individu (qui passe de l'enfance à l'âge adulte), et à celle des sociétés (qui changent profondément avec l'histoire et la culture). L'homme n'est pas figé, mais en devenir. Dans cette perspective, l'humanisme consiste à faire en sorte que l'humanité, possible chez l'homo-sapiens, advienne. C'est alors un projet éthique d'accomplissement de l'humain. 

L'humanité de l'homme se définit généralement par la dignité, la sagesse altruiste, la sociabilité, le respect, la culture. On peut supposer qu'elle résulte d'une empathie ancrée en l'homme, mais aussi et principalement des acquis éducatifs. Sa réalisation correspond en partie à la "common decency" décrite par Orwell, ou encore à ce que les moralistes, depuis l'Antiquité, considèrent comme des vertus. 

L'humanisme n'implique pas une attitude complaisante ou compassionnelle envers l'homme, ni un quelconque anthropocentrisme, mais seulement un respect des conditions nécessaires à l'humanisation. Il pourrait se définir comme une ontologie de l'homme associée à une éthique de promotion de l'humain.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn