Pour une psychopathologie humaniste

 

JUIGNET Patrick

 

Dans cet article, le terme de "psychopathologie" désigne la connaissance visant à expliquer la pathologie psychique. Il permet d'échapper aux clivages institutionnels entre psychologie, psychanalyse et psychiatrie. Nous allons essayer de montrer que la psychopathologie a un lien étroit avec l'humanisme.

 

Pour citer cet article :

JUIGNET, Patrick. Pour une psychopathologie humaniste. In : Philosophie, science et société [en ligne]. 2015. Disponible à l'adresse : https://philosciences.com/Pss/philosophie-et-psychopathologie/psychopathologie-psychiatrie-psychanalyse/169-pour-une-psychopathologie-humaniste.

 

Plan de l'article :


  1. Humanisme et psychopathologie
  2. Quel homme pour la psychopathologie ?
  3. Le psychisme en psychopathologie
  4. Humanisme et pratique thérapeutique
  5. Conclusion : la cohérence du principe d'une psychopathologie humaniste

 

Texte intégral :

1. Humanisme et psychopathologie

L’humanisme suppose un fond commun à la condition humaine et une humanisation possible pour tous les membres de l’espèce humaine. Il pourrait se définir comme une ontologie de l'homme associée à une éthique de l'humain : une ontologie qui prend l'homme tel qu’il est dans sa complexité et une éthique qui met son humanisation au dessus des autres buts. 

Les vertus positives qui rendent l'homme "humain" adviennent chez l'homo sapiens au terme d'une éducation réussie permettant le développement de la sociabilité et de la créativité en chacun. Il est en effet possible que l'individu humain devienne altruiste et sociable, maîtrisé et empathique, digne et respectueux, cultivé et créatif.

L'humanisme est un acquis civilisationnel qui a pris corps avec la philosophie des Lumières. Le problème et les enjeux de l'humanisme dépassent de très loin la psychopathologie. En quoi une connaissance à vocation scientifique serait-elle concernée par l'éthique et, qui plus est, par une éthique humaniste ? 

Le problème des relations possibles entre sciences et éthique est bien connu et il a reçu des réponses classiques et justifiées : la science en tant que connaissance se doit d'être axiologiquement neutre. Lorsqu'elle devient pratique, comme toute pratique, elle a besoin d'une éthique pour la guider. Ces principes peuvent-ils s'appliquer dans le cas présent ?

En ce qui concerne la psychopathologie, c'est un peu plus compliqué, car nous avons affaire à une connaissance proche des sciences appliquées. Une science appliquée a d'emblée un but pratique et l'un des critères de validité est la réussite de son action. La connaissance prend forme dans un cadre socialement fixé, ici les conditions socioculturelles des individus étudiés.

Dans le cas des applications pratiques (thérapeutiques), la réponse classique convient. Mais, la recherche en psychopathologie étant tributaire de la thérapeutique, elle est toujours-déjà pratique ; ce n'est pas un science pure relativement autonome qui aurait des applications, c'est une science appliquée.

D'autre part, sur le plan épistémologique, son objet concerne l'homme et l'humanisme, ce qui a pour conséquence majeure que la relation entre les deux n'est ni fortuite, ni contingente. Voyons cette relation grâce à un bref rappel historique. 

Le lien entre humanisme et maladie mentale s'est noué avec Philippe Pinel. Ce lien est inaugural de la naissance d'une discipline médicale, la psychiatrie, visant à expliquer et soigner ce qu'on nommait aliénation ou dérangement mental. Cela tient à la personnalité de Pinel, mais aussi aux influences culturelles dont il est porteur : d'une part l'humanisme chrétien et d'autre part la philosophie des Lumières. En résumé : respect pour les personnes et droits pour les citoyens (malades ou pas).

Le médecin Pinel écoute les patients et leur porte une attention soutenue. Il reconstitue leur histoire et le contexte. Quant au "traitement moral" qu'il préconise, très peu technique, il consiste simplement à se montrer humain : bienveillance, ménagement, douceur, respect du caractère particulier de chaque aliénation. Pinel est explicitement humaniste. Mais, avec lui, on est pas encore vraiment dans la psychopathologie, car l'explication des troubles reste très succincte. Toutefois, il en prépare la possibilité.

Il faudra attendre Sigmund Freud pour que des explications psychopathologiques conséquentes voient le jour. Figure emblématique de la psychopathologie, Sigmund Freud a une démarche très différente de celle de Pinel, mais elle aboutit à une conséquence identique : on ne peut négliger l'humain en matière de psychopathologie. Détaillons précisément le cheminement de Freud.

Le moment clé est celui des Études sur l'hystérie. Freud se rend compte qu'il ne peut pas en rester à une explication causale des symptômes. Pour expliquer les troubles, il faut prendre en compte l'ensemble de la personne et son histoire. Mais comment théoriser ceci dans le cadre de la psychopathologie, comment donner une efficacité à ce principe ? Ce questionnement aboutira en 1915 à une réponse par la Métapsychologie qui donne un modèle du psychisme humain.

Ces exemples montrent les deux plans concernés.  

1/ Connaître est lié au fait de traiter humainement, car enfermer et entasser les aliénés dans des hospices ou des asiles ne permet aucune connaissance. Connaître impose de percevoir décrire, classer, et c'est tout simplement impossible dans les conditions insalubres et si on ne cherche pas à soigner (mais à éloigner). 

2/ Ce qu'il y a connaître à trait à la personnalité et renvoi à la personne d'une manière qui n'a rien d'artificiel. C'est la recherche des causes, attitude purement scientifique, qui conduit Freud vers le psychisme et la personnalité. 

On pourrait dire dans un aphorisme qui résume l'affaire, que respecter l'humain c'est permettre son étude et inversement

Une autre caractéristique propre à la psychopathologie est de supposer un terrain commun entre le pathologique et le sain (normal). Elle postule donc un aspect commun aux deux, et par là, dément l'aliénation qui rendrait la pathologie étrangère à l'humanité. 

Il y a donc un lien étroit et non artificiel entre l'objet d'étude de la psychopathologie et l'homme et par conséquent avec l'humanisme qui implique le respect de l'homme.

Une autre courant important en psychopathologie vient de la phénoménologie. Il a été initié par Karl Jaspers au début du XXe siècle et divulgué par un livre fondateur, sa Psychopathologie générale parue en 1913. Cette approche prend pour base l'état mental de chaque patient, ce qu'il éprouve, auquel le médecin accède par compréhension et empathie. Cette façon de procéder demande évidemment de s'intéresser de près et individuellement à chaque personne.   

Ce que l'on peut retirer des trois exemples historiques, Pinel, Freud et Jaspers, c'est que pour comprendre, expliquer et traiter efficacement la pathologie psychique, pour construire la théorie appropriée à cet effet (la psychopathologie), il faut écouter les personnes, leur porter une attention soutenue et prendre en compte l'ensemble (ou presque) de la personnalité. Ce qui correspond explicitement à des principes humanistes. Exigence scientifique et humanisme sont, au moins en partie, concordants.

L'humanisme comme la psychopathologie s'adressent à l'homme et s'appuient tous deux sur une conception de l'homme. Il y a là le fondement commun aux deux. Tous deux admettent, si ce n'est une "nature humaine", du moins une existence de l'homme et de l'humanité, qui s'appuient sur une conception anthropologique.

Selon la conception de l'homme adoptée, on n'aura pas le même type d'humanisme et les conséquences seront également différentes du point de vue de la théorie comme de la pratique en psychopathologie. Nous allons maintenant entrer plus précisément dans le problème.

2. Quel homme pour la psychopathologie ? 

Il y a différentes manières de considérer l'homme et sa personnalité qui ne sont pas compatibles entre elles ; il faut donc en choisir une. Du coup, nous sommes obligés de prendre position. Nous n'adhérons ni aux conceptions spiritualistes, ni aux conceptions matérialistes réductionnistes de l'homme. L'anthropologie à laquelle nous souscrivons est loin des conceptions habituelles de l'homme, que ce soit celle de l'idéalisme supposant un sujet transcendant, ou celle issue de la réduction matérialiste supposant une détermination biologique ou sociale.

Notre approche est pluraliste. Pour la situer, nous dirons que l'homme est complexe, qu'il cumule un niveau biologique et un niveau cognitivo-représentationnel sur lesquels vienne jouer le relationnel et le socioculturel. Tous ces aspects se retrouvent cumulés dans la personnalité humaine. Dit autrement, l'homme est inclus dans un réel pluriel qui le constitue. Il s'individualise au sein du réel comme entité autonome grâce à une synthèse dynamique et fluctuante (voir l'article : Une philosophie réaliste et pluraliste). Pris dans une histoire individuelle, sociale et culturelle, il cumule les déterminations. 

Par conséquent, il n'y a pas d'extériorité de l'homme, pas de sujet hors du monde qui pourrait contempler des objets, pas d'esprit séparé de la matière et pas de dédoublement empirico-transcendantal de l'homme qui invaliderait les sciences de l'homme (et donc la psychopathologie), comme le prétend Michel Foucault. A l'individu empirique, s'appliquent des connaissances diverses, chacune selon son objet.

Si on adopte une conception plurielle de l'homme, il s'ensuit que la psychopathologie qui s'en inspire va se heurter à cette pluralité pour définir son objet. Elle a à considérer dans les conduites humaines, normales et/ou pathologiques, tout ce qui y participe, c'est-à-dire toujours et à la fois, le biologique, le cognitivo-représentationnel et le sociologique. 

Il y a une tension entre unité et pluralité qui a des conséquences. La parcellisation et le réductionnisme peuvent prévaloir. Certains abords se veulent purement biologisant ou comportementaliste. Ils sont critiquables précisément au nom de leur approche parcellaire qui défait l'unité de l'objet de la psychopathologie comme connaissance et l'unité de l'homme comme individu empirique. Ce qui est possible, mais pas forcément souhaitable, ni du point de vue scientifique, ni du point de vue éthique. On retrouve ici la congruence entre connaissance et humanisme en psychopathologie.

Mais une vraie difficulté existe. En tant que connaissance, la psychopathologie ne peut prétendre englober la totalité de ce qui constitue l'homme, si bien qu'elle doit chercher un compromis acceptable. La "personnalité" en est un. 

Une psychopathologie conséquente s'intéressera à la personnalité et non à certains aspects de l'homme, car une telle approche est insuffisante. Des recherches particulières dans certains domaines spécialisés ne sont pas malvenues, bien au contraire, mais elles doivent ensuite être ré-intégrées dans l'ensemble de la personnalité humaine.   

La psychopathologie qui prend en compte la personnalité sera cohérente si elle ne néglige aucun domaine participant à son véritable objet qui est l'individu humain. Une approche sérieuse doit prendre en compte les trois dimensions qui constituent l'homme (biologique, cognitivo-représentationnelle, sociologique), et n'en évincer arbitrairement aucune, car toutes contribuent, à des degrés divers, aux conduites pathologiques.

Ces dimensions s'assemblent et se synthétisent en chaque individu dans cette entité complexe qu'on nomme le psychisme. Autrement dit, il est possible de tenir compte de l’existence de cette synthèse en l'homme en général et chez chaque individu à l'aide d'un concept particulier : le psychisme. Du coup, la prise en compte ou le refus du psychisme devient un critère d'évaluation du type de psychopathologie proposée.  

3. Le psychisme en psychopathologie

Comment prendre en compte la personnalité du point de vue de la psychopahotologie ? Le psychisme est une entité dont on suppose l'existence à partir des conduites de l’individu, afin de les expliquer. On peut en faire un modèle, sous forme d'une structure, c'est-à-dire un système simplifié qui permet des explications et des prévisions. En psychopathologie, la clinique permet d’établir des faits, et la théorie cherche à en donner une explication rationnelle via le modèle du psychisme, souvent nommé la structure psychique (car ce modèle a la forme d’un ensemble structuré).

Cette entité est mixte, car elle participe de la pluralité ontologique constitutive de l'homme. Elle comporte des aspects neurobiologiques et cognitivo-représentationnels intimement mêlés. De plus, par le biais des composants cognitivo-représentationnels, elle intègre les influences sociales et culturelles.

Nous sommes donc amenés à définir le psychisme de la manière suivante :

  1. C'est une entité complexe repérable en chaque individu humain qui génère les conduites, traits de caractère, types de relations, sentiments, symptômes, etc., décrits par la clinique.
  2. Elle prend, au cours du développement individuel, une forme définie et acquiert des contenus qui dépendent de facteurs relationnels, éducatifs, sociaux, et de facteurs biologiques et neurophysiologiques.
  3. Il est possible de construire un modèle théorique rationnel et cohérent de cette entité à partir des faits cliniques. Ce modèle a d’abord une valeur opératoire, celle d’expliquer la clinique en intégrant les différentes influences qui agissent sur l’individu humain.
  4. L’entité est mixte, elle comporte à la fois des aspects neurobiologiques et cognitivo-représentationnels qui ne sont pas toujours départageables. Il s’y intègre les influences sociales qui passent par le cognitivo-représentationnel, et les influences biologiques qui passent par le neurofonctionnel.

Le psychisme est une entité, dont on admet, sur le plan ontologique, qu'elle a une triple nature, à la fois neurobiologique, cognitivo-représentationnelle et sociale. On pourrait aussi dire que c'est la synthèse individuelle des ces différents facteurs, ce qui rend le psychisme complexe et difficile à théoriser.

La psychopathologie demande la connaissance des formes (structures) du psychisme et de leurs effets parfois pathologiques. Ce serait aussi l'évaluation du primum movens de cette pathologie, à savoir, si ce qui est prépondérant est plutôt biologique, plutôt cognitivo-représentationnel ou plutôt social. Ce qui évidemment a des implications pratiques du point de vue thérapeutique.

Malgré les diversités culturelles, la psychopathologie montre que tous les hommes ont tous un psychisme, rejoignant ainsi un des points caractéristiques de l'humanisme qui suppose un fond commun à la condition humaine.

4. Humanisme et pratique thérapeutique

Si la psychopathologie concerne la pathologie psychique, celle-ci ayant une triple détermination, la pratique sera également triple et concernera le social, le biologique et le cognitivo-représentationnel. Le sérieux implique de ne pas exclure certaines dimensions de l'homme. Traiter la personne le plus globalement possible répond à un impératif d'efficacité pratique et, en même temps, répond au principe humaniste de considérer les individus globalement.

Les prises en charge thérapeutiques de problèmes psychopathologiques impliquent de porter une attention soutenue à la personne pendant un temps long (souvent plusieurs années). Le praticien utilise une connaissance générale sur le fonctionnement psychique humain, mais il la met toujours au service d’un cas particulier. L'intention qui préside à la pratique est de promouvoir la santé de la personne, ce qui doit prévaloir sur les autres enjeux.

On trouve affirmée la primauté de l'individu sur la société par l'Ordre des médecins : "L'individu passe, en France, avant la collectivité". Cette primauté de l'être humain par rapport à la société est réaffirmée dans la convention sur les droits de l'homme et la biomédecine en ces termes : “ l’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science ” (art. 2)."  Ainsi que le propose l'Association Médicale Mondiale, depuis 1948, dans le serment de Genève, le médecin est "au service de l'humanité".

Un des principes fondamentaux de la thérapeutique est de créer un espace libéré des conflits d'intérêts. C'est ce que permettent la neutralité et l'abstinence. La neutralité implique l'absence d'intervention directe dans la vie du patient de la part du praticien. Elle impose une attitude empathique, mais réservée, de façon à ne pas être pris dans le fonctionnement psychique du patient.

La prise en charge thérapeutique doit se distancier des normes sociales, de l'idéologie et du pouvoir politique. Le cadre a pour rôle d’abriter le traitement des pressions sociales. Le praticien doit rester étranger à ce que demande l'idéologie du moment. La confidentialité est indispensable pour permettre une libre expression. La confidentialité est garantie en Europe par le secret professionnel.

La psychothérapie tient une place importante dans le dispositif de prise en charge. La pratique de la psychothérapie renforce l'identité et la conscience d'exister que chaque personne a d'elle-même, elle encourage l'autonomie. Elle amène vers une vérité vis-à-vis de soi-même et confronte vite au tragique de l'existence, car elle met en lumière le fonctionnement psychique qui est contraignant et rétif au changement. Ces aspects, et bien d'autres que nous ne pouvons citer ici, ne sont pas sont des problèmes spécifiques à la psychopathologie, ils sont tout simplement humains.

L'humanisme est une éthique adaptée pour guider la pratique, car la prise en charge thérapeutique doit être encadrée. L'éthique humaniste correspond d'évidence à ce dont ont besoin les patients : une prise en charge attentive et respectueuse de l'individualité de chacun. Mais inversement, la pratique thérapeutique efficace et adaptée produit des effets humanisants : stabilisation de l'estime de soi, renforcement de la sociabilité, meilleure maîtrise de sa vie.

5. Conclusion : la cohérence d'une psychopathologie humaniste 

Les conduites humaines auxquelles s'intéresse la psychopathologie sont déterminées par l'ensemble de ce qui constitue l'homme, même si parfois certains aspects sont prépondérants. À ce titre, la psychopathologie doit développer une approche plurielle et globale des individus dont elle prétend s'occuper.

L'humanisme pousse à s'intéresser à l'homme globalement et non à des aspects particuliers. Cette orientation est adaptée scientifiquement, car elle conduit à considérer comme objet de la connaissance la personnalité humaine, ce qui est pertinent dans le cas de la psychopathologie. Les conduites, symptômes, troubles du caractère, auxquelles elle s'intéresse sont déterminées par l'ensemble de ce qui constitue l'homme.

Une science se doit d'être axiologiquement neutre, précisément pour préserver sa scientificité. Ce principe s'applique sans restriction aux sciences fondamentales. C'est différent pour les sciences appliquées et, qui plus est, pour la psychopathologie. En ce qui la concerne, l'humanisme est une éthique congruente avec son élaboration comme avec ses applications thérapeutiques.

Mais une précaution s'impose. Une visée éthique ne donne pas à la psychopathologie une visée morale ou normative. Karl Jaspers note que la psychopathologie a beaucoup souffert de la spéculation et de la pensée déductive et, plus précisément, de « l’attitude de la philosophie déductive liée à des appréciations morales » (Ibid., p. 35).

L'humanisme auquel nous faisons allusion est un humanisme sans complaisance ni illusion, car la psychopathologie est là pour le rappeler : les individus humains peuvent se montrer cruels, pervers et destructeurs. Les vertus positives qui rendent l’homme « humain », adviennent ou pas. L'homme possède en lui ce qui peut le rendre humain, mais cette potentialité n'est pas toujours réalisée. Elle doit être défendue de manière pratique et la psychopathologie peut jouer un rôle dans ce domaine.

Il y a généralement une tension entre la visée éthique et la volonté d'objectivité qui ne sont pas du même ordre et peuvent s'opposer dans les connaissances à visée scientifique. Mais ici la tension s'apaise, car le lien entre humanisme et psychopathologie n'est pas artificiel, il découle d'un terrain commun : la personne humaine qui est à la fois objet d'étude et visée par l'éthique humaniste.

Ce qui fait l'humanité, c'est aussi ce qui est défait ou attaqué dans les atteintes psychiques de tous ordres.Humanisme et psychopathologie sont liés, car l'objet de la psychopathologie est au cœur de la condition humaine.

 

Bibliographie :

Juignet P., Manuel de psychopathologie générale, Grenoble, PUG, 2015.

Juigent P., Manuel de psychothérapie et psychopathologie clinique, Grenoble, PUG, 2016.

Wiener Dora B., Comprendre et soigner, Paris, Fayard, 1999.

 


© 2015 PHILOSOPHIE, SCIENCE ET SOCIETE
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence  Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article.