Juignet Patrick         Juignet Patrick

Biographie

Né en 1952 à Paris, j'ai effectué des études de médecine à Nice et parallèlement en psychologie. Après une spécialisation en psychiatrie, j'ai suivi une formation psychanalytique. Puis, des études de philosophie m'ont conduit à un DEA en histoire des idées et ensuite à un Doctorat en Philosophie et Sciences de l'homme. Nommé directeur de programme au Collège International de Philosophie en 2007, j'y ai poursuivi une recherche sur la question philosophique classique : Qu'est-ce que l'homme ? Le Centre de Recherche en Histoire des Idées de l'Université de Nice Sophia-Antipolis a bien voulu m'accueillir en 2015 (CRHI EA 4318 - Id ORCID : 0000-0001-8037-0308).

 

Titres Universitaires

Doctorat en médecine - CES de psychiatrie - DEA histoire des idées - Doctorat en sciences humaines et philosophie

 

Activités

Chargé de cours à l'Université - Psychiatre-Psychanalyste - Directeur de programme au Collège International de Philosophie - Chercheur (Centre de Recherche en Histoire des Idées, Université de Nice Sophia Antipolis)

 

Publications

Derniers articles

"Le cerveau machine, critique du computationnisme", Rue Descartes, Paris, CIPH, 2011.
"L'émergence du représentationnel", Rue Descartes, Paris, CIPH, 2011.
"Le problème de l'autonomie de la pensée", Rue Descartes, Paris, CIPH, 2012.

Derniers ouvrages

La psychanalyse ; Histoire des idées et bilan des pratiques, Grenoble, PUG, 2006.
Manuel de psychopathologie générale, Grenoble, PUG, 2015.
Manuel de psychothérapie et de psychopathologie clinique, Grenoble, PUG, 2016.

 

Résumé des travaux

En matière de psychopathologie, j’ai œuvré pour une approche globale de la personnalité prenant en compte simultanément les données cliniques, l’évolution au cours de la vie, la dynamique psychique, l’environnement social et le soubassement neurobiologique. Mon travail philosophique porte sur quatre thèmes : la proposition d’une ontologie pluraliste (en lieu et place des métaphysiques de la substance), le plaidoyer pour une épistémologie non réductionniste, l'existence autonome de ce qui génère la pensée humaine et, enfin, la défense d’un humanisme sans complaisance.

 

Faire connaître cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn