emile

Émile Durkheim, dans son livre De la division du travail social, interroge la solidarité. Il oppose deux types de solidarités : - une solidarité fondée sur l'empathie permise par la similitude des individus entre eux, ce qui existe principalement dans les sociétés anciennes (il la nomme solidarité mécanique) . - une solidarité fondée sur la complémentarité fonctionnelle au sein de la société qui existe surtout dans les sociétés modernes ( il la nomme solidarité organique).

Il pense que c'est principalement par l'organisation sociale du travail que les sociétés modernes peuvent se structurer et maintenir une solidarité. Il estime qu'il y a deux moyens d'organiser le travail - la réglementation juridique du contrat de travail - le fonctionnement du groupe professionnel.

Le problème grave des sociétés modernes vient de ce que l'économie, qui y tient une grande place, est dissolvante pour le lien social. Elle provoque une lutte selon des intérêts contradictoires issus de l'antagonisme du travail et du capital, ce qui sera nommé par Marx la lutte des classes. Durkheim redoute le délitement du lien social sous l'effet de cette lutte.


" Enfin, au XVIIe siècle commence la troisième phase de cette histoire des classes ouvrières : l'avènement de la grande industrie. L'ouvrier se sépare plus complètement du patron. Il est en quelque sorte enrégimenté... À mesure que les fonctions industrielles se spécialisent davantage, la lutte devient plus vive..."

Pour maintenir le lien social, Émile Durkheim propose une organisation des branches professionnelles groupées en corporations, afin de maintenir le contact entre employeurs et employés, espérant ainsi une socialisation de la vie économique. Il imagine un parlement pour chaque branche professionnelle avec des représentants élus, des employeurs et des employés qui décideraient ensemble démocratiquement.

Il parait évident que l'un des remèdes pour améliorer le fonctionnement économique et diminuer l'antagonisme social qu'il produit serait sa démocratisation. Proposé par Durkheim à la fin du XIXe siècle, une telle réforme n'a guère avancé en 120 ans.


Durkheim E. (1893), De la division du travail social, Livres I, II, III, Paris, Les Presses Universitaires de France, 1967.
Consultable en ligne :
http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/division_du_travail/division_travail_1.pdf

Mélanie Plouviez nous parle de cet aspect de l'œuvre de Durkheim sur France Culture :
https://www.franceculture.fr/…/av…/travailler-sur-le-travail

Sur France Culture, une série Durkheim :
https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-emile-durkheim

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn