Malgré les Ray-Ban, Descartes n'est pas notre contemporain ....


DescartemoderneCe billet fait suite à la parution du livre Le corps et l'esprit - Problèmes cartésiens, problèmes contemporains. (Ed. des archives contemporaines, Paris, 2015). Certes, c'est un livre qui intéressera surtout les spécialistes de Descartes, mais le problème du rapport entre corps et esprit reste d'actualité. Se pose alors l'intéressante question de savoir si c'est le même problème qui préoccupa Descartes. Dans son article introductif "Cartésianisme et philosophie de l’esprit", Sandrine Roux s'intéresse à la relation de la philosophie avec son histoire et s'interroge sur la (bonne) manière de se référer aux auteurs du passé.

On peut évoquer quatre possibilités :

* Présupposer des problèmes éternels et des façons de penser toujours identiques.

* Se centrer sur l'auteur et reconstituer au plus près ce qu'il a voulu dire selon la façon de penser de l'époque. 

* Se situer dans une reconstruction rationnelle comme le fait la philosophie de l'esprit, ce qui revient à "lire les philosophes du passé comme s'ils étaient nos contemporains".

* Supposer une communauté d'expérience et de pensée suffisante avec l'auteur concerné pour que nous puissions dialoguer ? Aujourd'hui, les enjeux "sont-ils sensiblement les mêmes qu'à l'âge classique" (p. 21) ?

 Il y a une autre manière de poser le problème en se référant à l'épistémè de Michel Foucault ou à la notion de socle épistémique, si l'on préfère une notion moins structuraliste. Cette notion désigne l'ensemble des concepts, des formes de raisonnement, des présupposés sur le monde, qui se tiennent et forment système pendant une époque, si bien qu'à l'intérieur de cette époque, les formes de pensées seront homogènes et partageables sans trop de distorsions. 

Revenons à Descartes. Avec lui, nous entrons dans le problème corps-esprit, or, ce problème est dominant dans l'épistémè moderne. Descartes ouvre une époque, car, comme le dit Sandrine Roux, "le cartésianisme introduit à cet endroit une rupture décisive et un questionnement nouveau" (p. 6) Ce problème prend des formes différentes, mais il est omniprésent. Du coup, la philosophie de l'esprit contemporaine n'aurait pas tort et Gilbert Ryle parlerait à juste titre du "mythe cartésien" et de la "doctrine reçue", car la distinction corps/esprit contemporaine serait à peu de chose près le problème de Descartes. Si nous sommes encore pris dans le schéma corps/esprit, ce n'est pas parce que nous subissons l'influence de Descartes, mais parce que nous pensons selon les mêmes schémas et subissons les mêmes contraintes que lui.