Actualité des idées

fouleopt

 

Canetti EliasLe fantasme despotique évoqué par Elias Canetti est tellement saisissant que cela vaut le coup de le noter.

Le despote veut rester le seul et unique survivant, géant tout-puissant dressé au-dessus des corps de ses ennemis et de ses hommes morts.

« Il se voit, il se sent seul, et s’agissant de la puissance que lui confère cet instant, il ne faut jamais oublier qu’elle découle de son unicité et d’elle seule », écrit Canetti dans Masse et puissance (Masse et puissance, Gallimard, Paris, 2015, p. 241.).

Dans le chapitre intitulé « Le Survivant », l'auteur évoque l’imaginaire paranoïaque de cet « héroïque » maître. Que cherche-t-il ? « À se sentir invulnérable, immortel. Qui réussit à survivre souvent est un héros. Il est plus fort. Il possède davantage de vie. Les puissances supérieures lui sont propices » (Ibid p. 242).

C’est si plaisant pour le maître de se sentir vivre plus fort, que la guerre devient pour lui une « manie morbide, inguérissable » et qu’il court après la « répétition », l’« accumulation » de la survie.

Canetti E, Masse et puissance, Gallimard, Paris, 2015.

 

 

congrs splf 

 

Le prochain congrès international de l'Association des sociétés de philosophie de langue française se déroulera à Paris du 25 au 29 août 2020. Il est organisé par la Société française de philosophie et sera accueilli par l'École des Hautes Études en Sciences sociales. 

 

Le thème du 38e congrès est "La participation : de l'ontologie aux réseaux sociaux".

 

Vous pouvez vous rendre sur le site http://laparticipation2020.fr afin de vous informer, vous pré-inscrire ou déposer une proposition de communication.

 

La date limite de dépôt des propositions de communication est fixée au 31 octobre 2019.

 

Une connaissance du contexte historique et philosophique confère une indépendance aux préjugés de sa génération, ce dont souffrent la plupart des scientifiques. Cette indépendance créée par la perspicacité philosophique est - à mon avis - la marque de distinction entre un simple artisan ou spécialiste et un véritable chercheur de vérité. (Albert Einstein, Lettre à Robert Thornton, 1944)

En raison du contexte, les scientifiques actuels perçoivent souvent la philosophie comme différente, voire opposée, de la science, alors que la philosophie peut avoir un impact important et productif sur la science.

La contribution de la philosophie prend au moins quatre formes : clarification des concepts scientifiques, évaluation critique d’hypothèses ou de méthodes scientifiques, formulation de nouveaux concepts et théories et promotion du dialogue entre différentes sciences, ainsi qu'entre science et société.

La philosophie et la science partagent les outils de la logique, de l'analyse conceptuelle et de l'argumentation rigoureuse. Cependant, les philosophes peuvent utiliser ces outils avec un degré de minutie, de liberté et d'abstraction théorique que les chercheurs en exercice ne peuvent souvent pas se permettre dans leurs activités quotidiennes.

Dans le contexte scientifique actuel, dominé par une spécialisation croissante et des demandes croissantes de financement et de résultats, seul un nombre très limité de chercheurs ont le temps et la possibilité d'être au courant du travail produit par les philosophes sur la science et encore moins de le lire. Il faudrait mettre en place une collaboration directe institutionnalisée.

 

Why science needs philosophy

Lumière d'après Matthias Stom (1600-1652)

C’est pour lutter contre le pessimisme ambiant que Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard a écrit son livre Enlightenment Now. Il vient d'être traduit en français par Daniel Mirsky, grâce aux Éditions des Arènes, sous le titre Le triomphe des Lumières. Avec comme sous-titre : pourquoi il faut défendre la raison, la science et l’humanisme.

Voilà une initiative bien utile en France, pays envahi par le catastrophisme et le scepticisme postmoderne. Chiffres à l’appui, Steven Pinker montre que la santé, la prospérité, la sécurité et la paix sont en hausse dans le monde entier. Ce progrès est un legs du siècle des Lumières animé par des idéaux puissants : la raison, la science et l’humanisme. C’est peut-être le plus grand succès de l’histoire de l’humanité.

Cependant, plus que jamais, ces valeurs ont besoin d’une défense vigoureuse. Le projet des Lumières va à contre-courant de la nature humaine, de ses tendances au tribalisme, à l’autoritarisme et à la pensée magique : autant de biais qui nourrissent les populismes et les dérives religieuses.

Steven Pinker propose ici un plaidoyer pour la raison, la science et l’humanisme. Ces idéaux sont nécessaires pour relever les défis d’aujourd’hui et avancer sur la voie du progrès. Car le catastrophisme est dangereux pour la démocratie et la coopération mondiale. Plus que jamais, il faut défendre la raison, la science et l’humanisme, valeurs à opposer à la croyance et à l'ignorance qui connaissent de nos jours un étrange regain. "Enlightenment Now" : oui, nous avons bien besoin.

Pinker S., Le triomphe des Lumières , Paris, Éditions des Arènes, 2019.

Le travail scientifique fondamental n’a pas d'applications techniques immédiates, utilisables dans l’industrie avec un retentissement économique rapide. Mais, il a quand même des effets de ce type à plus ou moins long terme. Donnons des exemples de ce décalage temporel entre les applications et les découvertes initiales.

Albert Einstein a créé des équations pour le laser en 1917, mais ce n’est qu’en 1960 que Theodore Maiman a fait la première démonstration du laser. Isidor Rabi a mesuré la résonance magnétique nucléaire la première fois en 1938. Il a reçu le Prix Nobel de physique en 1944 pour sa recherche, qui a mené à l’invention de l’imagerie par résonance magnétique ou IRM. Mais, le premier examen par IRM sur un patient humain a eu lieu en 1977. Le dernier prix Nobel de Physique a été décerné en décembre 2018 à Donna Strickland et Gérard Mourou pour des recherches sur les lasers. Les résultats ont changé la façon dont on explique l’interaction des atomes avec la lumière à haute intensité. Cette recherche développée vers 1985 a eu, après une décennie, des applications pratiques dans la découpe fine des matériaux, ce qui a un intérêt en chirurgie ou dans l'industrie

L'idée d'une science fondamentale sans effets pratiques est sans fondement. La vraie question est bien plutôt de savoir quel usage sera fait des techniques qui en découlent, pour quel projet économique et politique. Se pose aussi le problème des effets sociaux des technologies nouvelles, effets souvent déstabilisants et parfois imprévisibles, comme ce qui se passe avec internet et les technologies numériques.

Personne ne nierait que les chats se ressemblent sous un grand nombre de rapports, ni ne douterait du fait qu’ils ressemblent plus aux chiens qu’aux bactéries. Il semble légitime de croire que c’est en vertu d'une similarité d’ensemble que nous pouvons dire que certains individus appartiennent à une même espèce. Ces intuitions partagées suggèrent que la ressemblance jouerait un rôle sur le plan épistémique. Elle sous-tendrait nos classifications et taxonomies, et serait à la source des raisonnements analogiques et inductifs.

Cette place de la ressemblance dans le discours ordinaire et scientifique appelle des hypothèses métaphysiques ou ontologiques. Pour certains, nos jugements de ressemblance seraient ultimement dépendants de (et justifiés par) une organisation intrinsèque de la réalité. Il y a, en épistémologie et en philosophie des sciences, un écho direct à ces discussions sur le concept de ressemblance. Toute démarche inductive a partie liée avec le repérage de régularités qui se jouent au niveau des phénomènes naturels. Il revient ainsi au scientifique d’identifier des événements qui se répètent et donc de définir – sinon de construire– un format pour la ressemblance signifiante. Souvent, le scientifique doit prendre des décisions normatives – tout à la fois pratiques et théoriques - relativement au type de ressemblance retenu comme pertinent dans un contexte donné, et dans une discipline particulière. Mais que faire de telles décisions ?

 

Donald Trump décide qu’il n’y pas de réchauffement climatique. Le gouvernement de Matteo Salvini déclare les vaccins dangereux et les usines d’incinération inutiles. Les syndicats agricoles déclarent que le glyphosate et autres herbicides/pesticides ne sont pas nuisibles à la santé. Les exemples de ce type sont innombrables. Des responsables politiques donnent leurs opinions pour vraies, contre le savoir acquis scientifiquement.

Les efforts faits depuis le siècle des Lumières pour asseoir la réflexion et les pratiques sur un savoir scientifiquement fondé finissent par être discrédités. Il n’y plus de vérité, on ment sans honte et avec aplomb. Plus besoin d’argumenter, il suffit d’affirmer ; l’arrogance et la suffisance remplacent la connaissance.

L’opinion sans fondement s’affirme en face des savoirs fondés scientifiquement. Il s'agit de faire valoir ce qui arrange sur un plan économique, ce qui satisfait des intérêts politiques ou financiers. Il s’agit de faire valoir une opinion et le plus fort médiatiquement a raison. Que nous soyons tombés aussi bas au XXIe siècle en Occident après tant d'efforts de moralisation et de rationalisation de la vie publique est désespérant.

Stupéfiante évolution civilisationnelle ! Comment cela peut-il être accepté ? On peut y voir la faillite d’un système éducatif qui a négligé d’enseigner ce que sont le sérieux, la vérité, la validité des savoirs, la vérification de faits, la connaissance scientifique. On peut y voir aussi aussi les effets dissolvants du scepticisme post-moderne et le retour à la vieille confusion entre vérité et opinion majoritaire ou imposée autoritairement, confondant ainsi vérité et volonté des puissants.

Depuis la déclaration de Singapour sur l’intégrité scientifique en 2010, la communauté scientifique internationale se mobilise pour que les exigences méthodologiques et éthiques de la recherche soient plus clairement affirmées. En effet, le contexte de course à la nouveauté et l’introduction d’une logique concurrentielle renforcée, contraires à la démarche scientifique, multiplient les risques de dérive.

Les différents organismes de recherche en France ont multiplié les initiatives et leur convergence a conduit à la signature de la charte de déontologie des métiers de la recherche par la Conférence des Présidents d'Universités et les principaux organismes en janvier 2015. À la suite du rapport remis par le Pr. Pierre Corvol en 2016, "Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique", plusieurs décisions ont été prises, notamment :

  • les écoles doctorales doivent veiller à ce que les doctorants bénéficient d'une formation à l'éthique et à l'intégrité scientifique,
  • les établissements ont nommé un référent à l'intégrité scientifique,
  • un Office français de l'intégrité scientifique a été installé en 2017 auprès du HCERES.

Il existe des manquements à l'intégrité scientifique. Les fraudes telles que la fabrication de données ou la falsification de résultats, ou encore le plagiat, restent exceptionnelles. Ce qui pose aujourd'hui problème, ce sont les petits manquements tels que les méthodologies mal adaptées, les séries de résultats insuffisantes pour être probantes, les annonces excessives par rapport à ce qui est effectivement démontré, les extensions et extrapolations douteuses.

Accessible gratuitement et librement en ligne, en français et en anglais, L'Économie est une encyclopédie résultant d’un travail collectif réunissant, depuis 2013, des centaines d’économistes de toutes nationalités, parmi lesquels nombre des grands noms de la discipline autour d’une équipe de 23 rédacteurs.

Le cadre d’analyse de L’Économie demeure entièrement néoclassique. Pour chacune des questions économiques de base (travail, chômage, entreprise, monnaie, etc.), l’interprétation proposée est standard-traditionnelle. Aucune place n'est faite au pluralisme. C'est un choix qu'il faut connaître lorsqu'on la lit.

La théorie a perdu sa primauté dans l’administration de la preuve, et même dans l’argumentation générale qui est proposée. Il est significatif à cet égard que les auteurs ne définissent jamais leur travail par référence à une tradition de pensée spécifique. Pour les très nombreux auteurs rassemblés dans cet ouvrage, le capitalisme ne demande plus à être justifié parce qu’il n’a plus d’adversaire reconnu, il règne sans rival d’un bout à l’autre de la planète.

Si d'évidence une économie sans capital est devenue impossible, la gestion privée du capital en vu d'un profit qui l’accroît sans cesse et l'inféodation des entreprises à ce but est un aspect discutable complètement passé sous silence. Le profit est vu comme ce qui reste aux propriétaires d’entreprise lorsqu’ils ont payé ce qu'ils doivent, un « résidu » nous est-il dit. Selon nous, le profit n'est pas un résidu, mais un moteur dans cette forme de gestion du capital qui empêche le partage des bénéfices.

 

Voir l'ouvrage en ligne : L'Économie

Ferhat Teylan propose de relire une séquence précise de l’épistémologie historique en France allant de Meyerson à Foucault avec comme fil directeur la question de l’articulation des concepts et des rationalités. En effet, dès ses premières élaborations, l’épistémologie historique vise à éclairer non seulement l’émergence des concepts scientifiques, mais aussi des « mentalités » ou des « rationalités » plus larges qui les rendent possibles.

La question de savoir si ces rationalités doivent être étudiées à l’intérieur d’une logique exclusivement scientifique où les concepts ont leur propre normativité (comme le soutiennent Cavaillès et Bachelard), ou, au contraire, comme étant des modes de raisonnement, ou « ontologies », irréductibles aux seules sciences dans lesquelles émergent les concepts (ainsi que Meyerson, Metzger, et plus tard – d’une manière distincte – Foucault l’affirment), constitue une ligne de clivage dont cet ouvrage propose de mesurer la portée.

Inscrire Foucault dans ce débat, en indiquant les déplacements qu’il propose, permet de comprendre aussi la manière dont il hérite de la problématique de Canguilhem d’articulation des concepts biologiques aux rationalités politiques.

L'enquête de Ferhat Teylan ne conduit ni au relatvisme ni à renoncer à la connaissance scientifique, mais à une meilleure compréhension de la manière dont elle forme ses concepts. Elle permet aussi de préciser le domaine de l'épistémologie historique, par rapport à ses voisins : la philosophie des sciences, la sociologie des sciences et l'histoire des idées.

 

Taylan F., Concepts et rationalités. Héritages de l'épistémologie historique, de Meyerson à Foucault, Paris, Éditions Matériologiques, 2018.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.