Accueil

Philosophie, science et société est un site web constituant une ressource continue et pérenne identifié par l'International Standard Serial Number N° 2778-9640. Le nom Philosophie, science et société a été créée en 2008 et a été déposé à l'INPI en 2015. L'utilisation non commerciale des contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.

♦♦♦

 


Actualité des idées

Blog philo

Pour Jean-Pierre Castel, « on ne peut mathématiser le monde que lorsqu’on a identifié les bons concepts physiques, l’outil mathématique n’intervenant qu’après coup, en vue de leur formalisation et de la description de leurs relations ».

Comme argument à sa thèse, il se centre sur les problèmes de l'inertie et du temps. « Depuis l’époque hellénistique, la mathématisation de la physique est en marche, mais la théorisation du mouvement est restée en panne ; c’est la découverte du principe d’inertie comme principe proprement physique, au XVIIème siècle, qui a permis de débloquer la situation ». Prendre le temps comme variable physique, permit à Galilée de mathématiser le temps.

L’étrange efficacité des mathématiques peut ainsi trouver une explication. Ce qui conditionne la réussite de l’application des mathématiques, ce sont les concepts physiques.

Plutôt que mathématisation de la nature, n’est-ce pas plutôt celle de la physique comme connaissance applicable au monde dont il s’agit ? La physique produit une couche de concepts mathématisables applicables au monde. Elle sert d’intermédiaire en opérant une simplification empirique interprétée conceptuellement qui permet au formalisme logico-mathématique de s’appliquer.

Indépendamment de ce que les auteurs eux-mêmes en disent, puisque certains sont attirés par un idéalisme de type platonicien (supposant une ontologie mathématique), on peut avancer que les changements fondamentaux dans la connaissance du monde tiennent, d'abord et avant tout, à l'invention de concepts physiques.

Voir l'article : La science moderne : une révolution physique qui permit la mathématisation du temps.

Stéphane Courtois définit le totalitarisme comme un système de pouvoir fondé sur le cumul de quatre monopoles par un parti unique :

- le monopole des compétences gouvernementales et administratives de l’État,
- le monopole, par ce même parti, de la diffusion et du contrôle d’une idéologie,
- le monopole sur les moyens de production et de distribution des biens économiques,
- le monopole de la violence à travers l'utilisation de la police, de l'armée et des services secrets.

Complémentairement, le gouvernement s'appuie sur la suppression de la propriété privée et, de façon plus fondamentale, sur l'indistinction entre l’espace public et la sphère privée.

Il impose une autre indistinction, celle entre l'idéologie et les autres domaines du savoir – philosophie, sciences, histoire, arts, etc. L'idéologie prônée a un côté messianique, il s'agit d'instituer une ère nouvelle, une nouvelle civilisation à vocation universelle, le surhomme. Le parti utilise la peur, voire la terreur de masse, comme moyen de gouvernement.

À l'occasion de sa biographie de Lénine, Stéphane Courtois montre que ce dernier a pensé, puis instauré un totalitarisme en Russie en s'opposant non seulement aux libéraux et aux démocrates, mais aussi à toutes les tendances socialistes.

Courtois S., Lénine, l'inventeur du totalitarisme, Paris, Éditions Perrin, 2017.

 

La conférence de Stéphane Courtois à l'Académie royale de Belgique en novembre 2017 pour présenter son ouvrage. 

 

mouton

Avec La démocratie des crédules (Paris, PUF, 2013), Gérald Bronner tente une analyse de l'interaction entre la crédulité et le web qui provoque une amplification des mythes et des croyances diverses. Divers facteurs sont à l'œuvre.

Les conspirationnistes n'hésitent pas à s'exprimer haut et fort et sans relâche sur le net où ils sont sur-représentés et très actifs, bien plus que les scientifiques et vrais experts à même de démonter les raisonnements fallacieux. De plus, il est plus facile d'adhérer aux croyances que de lire et comprendre les comptes-rendus d'expériences scientifiques. La croyance est présentée toute faite, elle est prête à l’emploi. De plus, elle fait appel à l'émotionnel et au sensationnel, qui sont plus séduisants.

De nombreux biais sont induits par notre usage du web, notamment dans le choix des mots utilisés dans les moteurs de recherche et les liens convergents des réseaux sociaux. Les individus entrent dans une sphère de croyances dans laquelle les informations rencontrées ne cessent de confirmer les hypothèses (ou préférences politiques). L'auteur explicite les différents biais et mécanismes par de nombreux exemples.

Les difficultés viennent aussi des média. Du fait de la course au scoop, il arrive que le travail de vérification ne soit pas réalisé par les journalistes, qui, en toute bonne foi, colportent et donnent ainsi du crédit à des fausses nouvelles et à des théories spécieuses.