Accueil

Philosophie, science et société est un site web constituant une ressource continue et pérenne identifié par l'International Standard Serial Number N° 2778-9640. Le nom Philosophie, science et société a été créée en 2008 et a été déposé à l'INPI en 2015. L'utilisation non commerciale des contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.

♦♦♦

 


Actualité des idées

Blog philo

L'indice bibliométrique « h-index », inventé en 2005 par le physicien américain John Hirsch (d’où le choix de la lettre « h » pour désigner cet indice) est devenu une référence chez les gestionnaires académiques et pour les chercheurs eux-mêmes. En effet, l'augmentation considérable des publications rend difficile l'évaluation qualitative et progressive au fil du temps des travaux. On en est dont réduit à une évaluation rapide et quantitative qui utilise ce genre d'index. La devise qui guide la recherche est devenue " publish or perish " ce qui impose d'avoir un score h maximum pour espérer une carrière intéressante.

Contrairement à ce qui était attendu, la politique d'autobus thermiques totalement gratuits a un bilan environnemental peu satisfaisant. Il ne produit pas la baisse de la pollution escomptée.

En effet, on constate que la part des déplacements en voiture diminue, mais que les déplacements en bus progressent proportionnellement plus, pour diverses raisons : - il n'y pas un simple report de la voiture vers le bus  - les déplacements à pied et à vélo diminuent au profit du bus - le bus sert d'abri en cas d'intempérie, etc.

Résultat, selon l’Ademe, les émissions de CO2 d’un bus en province sont inférieures de 36 % par personne transportée par rapport à celles des voitures particulières en milieu urbain. Mais comme la part des déplacements en bus augmente sans diminuer d'autant celle des voitures, le bilan en émission de C02 est quasiment nul.

La leçon de cette affaire de bus, c'est que dans tout milieu, y compris un milieu humain et urbain, il se produit des interactions complexes non évidentes. Il faut donc penser ce qui se passe en terme de système, afin de prendre en compte ces interactions multiples. Une action ponctuelle et ciblée produit rarement l'effet attendu, car elle provoque des effets collatéraux imprévus et parfois contraires à l'effet escompté. Il faut aussi expérimenter, car, au départ, il est difficile d'imaginer les effets collatéraux indésirables. Expérimenter et penser en termes d'interactions imprévues sont indispensables pour atteindre un résultat - inversement une pensée simpliste échouera -.

Quels remèdes proposer dans ce cas précis?

L'expérience montre que les tramways ou métros font mieux et seraient à privilégier. Du côté innovation, des navettes électriques de taille réduite dont le débit s'adapte à la fréquentation seraient préférables. Pour éviter l'usage détourné des bus, il faudrait des espaces publics de qualité (bancs, abris, plantations, parcours couverts) afin que les bus ne servent pas de refuge. Enfin, il faudrait des aménagements qui favorisent nettement la marche et le vélo pour empêcher qu'ils soient abandonnés au profit du bus gratuit. C'est un ensemble de mesures complémentaires qui, dans ce cas, pourrait être efficace pour réduire la pollution. Ce que l'on nomme une "politique d'ensemble", par opposition à une "politique au coup-par-coup".

Ref : https://theconversation.com/transports-publics-gratuits-une-mesure-inefficace-contre-la-pollution-en-ville-133197

Les éditeurs du magazine La Recherche – le groupe de presse de Claude Perdriel – ont décidé de fusionner le mensuel La Recherche avec le mensuel Sciences et Avenir.

Présenté en Comité social et économique (CSE) le 30 avril 2020, le projet prévoit la création d’un mensuel scientifique unique, baptisé Sciences et Avenir - La Recherche, la fusion des deux sites web, ainsi que la publication d’un trimestriel La Recherche - Les Essentiels du XXIe siècle. Ce qui impliquerait la fusion des deux rédactions au sein d’un « pôle sciences ».

Selon la direction de la publication, ce projet répond à une nécessité économique, car le groupe Perdriel dans son ensemble connaît actuellement des difficultés financières.

Il est assez malheureux, à un moment où la science est mal comprise et mal perçue, que les publications qui la font connaître diminuent leur périmètre ; mais on peut penser, réciproquement, que c'est le discrédit sur la science qui rend les publications moins populaires, ce qui diminue les abonnements et fragilise leur base économique.