Accueil

Philosophie, science et société est un site web constituant une ressource continue et pérenne identifié par l'International Standard Serial Number N° 2778-9640. Le nom Philosophie, science et société a été créée en 2008 et a été déposé à l'INPI en 2015. L'utilisation non commerciale des contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.

♦♦♦

 


Actualité des idées

Blog philo

Pour Werner Heisenberg la physique du XIXe siècle a conservée le réalisme spontané de la pensée commune, le monde physique étant considérée comme une entité matérielle qui existe indépendamment de l’activité scientifique. Selon ce paradigme il s'agit de décrire mathématiquement l’évolution des constituants de la matière qui constituent le monde physique. La mécanique quantique et la physique de la relativité montrent l'insuffisance de cette image intuitive pour comprendre ce qu'est un objet scientifique : dorénavant, il ne s’agit plus de décrire des choses naturelles présentes d'évidence dans la réalité, mais de construire des objets de recherche grâce à l'interaction entre la théorisation et expérimentation permettant de produire des faits grâce à une technique qui peut être très sophistiquée.

Selon John Locke, les idées correspondent à « tout ce qui est l’objet de notre entendement lorsque nous pensons ». Les idées s’interposent-elles entre l’esprit et l'environnement concret (notre perception des choses étant biaisée par les idées), ou correspondent-elles à la manière dont les objets extérieurs apparaissent à notre esprit ? Dans le premier cas, notre entendement est faussé par les idées, car nous ne pouvons pas vérifier leur ressemblance avec l'environnement concret. Inversement, si les idées correspondent à la manière dont les choses se présentent à notre esprit, elles sont une source fiable d'information. Dans le premier cas, un doute sceptique s'installe et dans le second cas c'est l'option empiriste qui prévaut :  il existe un environnement concret extérieur à notre esprit et la perception nous permet de le connaître.

Philippe Hamou distingue divers emplois du mot idée, terme dont l'acception est réputée très floue chez Locke. Il distingue une définition empiriste (l’idée comme l’effet de l’impression d’un objet sur nos organes sensoriels), une définition sémiotique (l’idée comme signe d’un état du monde), et une définition purement phénoménale (l’idée comme état de conscience, manière d’être affecté).

Les sept articles d'auteurs différents réunis dans l'ouvrage proposent un débat sur Locke et son Essai sur l'entendement humain autour du thème idées, perception et réalité. Ils articulent l'approche historique et contextuelle, qui vise à restituer l’intention philosophique de Locke avec une approche qui pose le problème en général. L'histoire n’exclut pas la prise en compte de la logique interne des problèmes et les auteurs montrent que l'on peut articuler reconstruction historique et reconstruction rationnelle.

Philippe Hamou, Idées, perception et réalité. Essais sur Locke, Ithaque, Paris, 2021.

L’épisode du jour (20 minutes de dialogue) du podcast produit par Iris Deroeux est dédié à la testostérone, une hormone associée à des comportements masculins voire virils est convoquée pour expliquer l’agressivité, l’appétit sexuel, ou encore la compétition.

Pour comprendre ce qu’est la testostérone, ce qu’on en sait vraiment par delà l'opinion, comment elle influence nos corps et nos comportements, la neurobiologiste Catherine Vidal apporte des informations sérieuses. Elle tempère l'idée d'un déterminisme biologique hormonal et, en négatif, montre l'idéologie qui en exagère l'importance.

Un podcast produit par The Conversation France

 

Écoutable ici :  https://play.acast.com/s/les-mots-de-la-science/t-comme-testosterone