Imprimer

Michel Piccoli nous a quitté.Picoli

« J'ai joué à avoir plusieurs vies. »

 

Dans A Voix Nue, sur France Culture, il exprimait son inquiétude face à la vie politique :

« Nous sommes abandonnés, la politique nous abandonne. Mais c'est beaucoup plus grave qu'on ne le croit. La mondialisation achète tout, pille les pays, c'est une machine banquière, guerrière mondiale gigantesque : Il y a des machines qui nous endorment, qui savent nous endormir dans un bien-être du sport, de la farce, du pornographique : je parle de la télévision qui "enconarde" le monde entier. [...] Nous sommes doublement manipulés par des fantômes gigantesques qui achètent les pays, qui vendent les pays et par la communication, la grande communication des télévisions qui nous endort dans le confort de l'achat. Plus vous achèterez, plus vous serez heureux.»