Affichages : 455

Michel SerresMichel Serres nous a quitté récemment.

Michel Serres a revendiqué un éclectisme dans sa manière de pratiquer l’histoire des sciences. À partir de l’histoire des mathématiques et de la physique, il s’est opposé à l’épistémologie bachelardienne de démarcation entre science et culture.

Nous nous contenterons ici de rappeler son travail concernant l’histoire des sciences et la philosophie naturaliste qu'il a promue.

Il a conçu l'histoire des idées comme une sociohistoire appuyée sur l’anthropologie (Mauss, Dumézil, Girard), la peinture (Carpaccio, Turner…), la littérature (Zola, Balzac, Lafontaine ou Molière) ou encore le théâtre (Corneille) et les diverses sciences qui se sont succédées. On peut rapprocher cette démarche de la recherche d’« épistémè », à la façon de Michel Foucault, bien que les styles de l'un et de l'autre soient radicalement différent. Cette analyse transversale des savoirs a aboutit à proposer une structure commune pour chaque époque (le point au XVIIe siècle, le plan à fin du XVIIIe et le nuage à la fin du XIXe siècle), ce qui suppose un modèle unique de rationalité qui chasse le précédent.

Pour Michel Serres, la science est rationnelle, universelle, exacte, rigoureuse, efficace, mais elle n’a plus les moyens de se contrôler : l'utilisation industrielle et militaire détruit le fondement de la rationalité scientifique subvertie par les rivalités et les guerres présentes partout : « la question maintenant est de maîtriser la maîtrise, et non plus la nature. » (La Thanatocratie, Hermès IV, p. 93).

Après s’être essayé au structuralisme, puis avoir questionné les reconstructions mythiques du passé, Michel Serres a, dans les années 1980, promu un nouvel objet d’étude philosophique, assez flou, de type naturaliste, associant le monde, la terre, les fleuves, les hommes, le subjectif et l’objectif, l'individuel et le collectif.