Donald Trump décide qu’il n’y pas de réchauffement climatique. Le gouvernement de Matteo Salvini déclare les vaccins dangereux et les usines d’incinération inutiles. Les syndicats agricoles déclarent que le glyphosate et autres herbicides/pesticides ne sont pas nuisibles à la santé. Les exemples de ce type sont innombrables. Des responsables politiques donnent leurs opinions pour vraies, contre le savoir acquis scientifiquement.

Les efforts faits depuis le siècle des Lumières pour asseoir la réflexion et les pratiques sur un savoir scientifiquement fondé finissent par être discrédités. Il n’y plus de vérité, on ment sans honte et avec aplomb. Plus besoin d’argumenter, il suffit d’affirmer ; l’arrogance et la suffisance remplacent la connaissance.

L’opinion sans fondement s’affirme en face des savoirs fondés scientifiquement. Il s'agit de faire valoir ce qui arrange sur un plan économique, ce qui satisfait des intérêts politiques ou financiers. Il s’agit de faire valoir une opinion et le plus fort médiatiquement a raison. Que nous soyons tombés aussi bas au XXIe siècle en Occident après tant d'efforts de moralisation et de rationalisation de la vie publique est désespérant.

Stupéfiante évolution civilisationnelle ! Comment cela peut-il être accepté ? On peut y voir la faillite d’un système éducatif qui a négligé d’enseigner ce que sont le sérieux, la vérité, la validité des savoirs, la vérification de faits, la connaissance scientifique. On peut y voir aussi aussi les effets dissolvants du scepticisme post-moderne et le retour à la vieille confusion entre vérité et opinion majoritaire ou imposée autoritairement, confondant ainsi vérité et volonté des puissants.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.