« La philosophie soulève la question de la valeur et du crédit qui peuvent être accordés à une discipline qui n’est apparemment jamais parvenue à décider aucune des questions dont elle s’occupe et ne semble pas plus près aujourd’hui qu’hier de réussir à le faire ». (Jacques Bouveresse, Cours au collège de France, cours 4, 2008).

« Qu'il s'agisse du fil de l'histoire ou du panorama d'une époque, on peut dire que la division et le désaccord règnent en philosophie » (Angèle Kremer-Marietti « Philosophie et sciences » in Épistémologiques, Philosophiques Anthropologiques, Paris, L'harmattan, 2005.).

Ces constats concordants devraient alerter. L’impossibilité d’avancer vers des solutions admises par la communauté est un problème inquiétant. Cela a conduit certains auteurs et non des moindres à quitter la philosophie, comme Norbert Elias, Claude Lévi-Strauss, Pierre Bourdieu.

Thomas Kuhn remarque dans La structure des révolutions scientifiques (Paris, Flammarion, 1970, p. 223) que, dans les disciplines non scientifiques, les écoles se multiplient. Elles mettent en question les buts, les normes et même les principes fondamentaux des écoles concurrentes. C’est bien le cas en philosophie. On y trouve un cumul et une juxtaposition de doctrines très sophistiquées et inconciliables les unes avec les autres.

Chaque philosophe soigne et développe à l’extrême la ramure de l'arbre philosophique faisant semblant d'ignorer qu'il manque le tronc paradigmatique sur lequel la connaissance philosophique pourrait progresser.

Ne serait-ce pas la tâche essentielle, si l'on veut que la philosophie trouve la crédibilité qu'elle mérite ? 

 

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.