mouton

Avec La démocratie des crédules (Paris, PUF, 2013), Gérald Bronner tente une analyse de l'interaction entre la crédulité et le web qui provoque une amplification des mythes et des croyances diverses. Divers facteurs sont à l'œuvre.

Les conspirationnistes n'hésitent pas à s'exprimer haut et fort et sans relâche sur le net où ils sont sur-représentés et très actifs, bien plus que les scientifiques et vrais experts à même de démonter les raisonnements fallacieux. De plus, il est plus facile d'adhérer aux croyances que de lire et comprendre les comptes-rendus d'expériences scientifiques. La croyance est présentée toute faite, elle est prête à l’emploi. De plus, elle fait appel à l'émotionnel et au sensationnel, qui sont plus séduisants.

De nombreux biais sont induits par notre usage du web, notamment dans le choix des mots utilisés dans les moteurs de recherche et les liens convergents des réseaux sociaux. Les individus entrent dans une sphère de croyances dans laquelle les informations rencontrées ne cessent de confirmer les hypothèses (ou préférences politiques). L'auteur explicite les différents biais et mécanismes par de nombreux exemples.

Les difficultés viennent aussi des média. Du fait de la course au scoop, il arrive que le travail de vérification ne soit pas réalisé par les journalistes, qui, en toute bonne foi, colportent et donnent ainsi du crédit à des fausses nouvelles et à des théories spécieuses.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.