Historiquement, on peut se rendre compte que l’interprétation causale de la mécanique quantique a été motivée par le matérialisme de certains physiciens. En effet, aux alentours des années 1950, le groupe de physiciens impliqués dans le programme causal (autour de Jean-Pierre Vigier et Louis de Broglie à l’Institut Henri Poincaré) était majoritairement constitué de sympathisants communistes.

Leurs travaux sont influencés par les critiques soviétiques contre l’interprétation dominante de la mécanique quantique dite de « Copenhague ». Jean-Pierre Vigier, en particulier, déplore l’abandon du réalisme scientifique en faveur d’une attitude positiviste. Cela montre qu'il y a des interactions entre les recherches scientifiques et les présupposés philosophico-idéologiques que l'on peut situer comme un arrière-plan sur fond duquel se déroule les recherches.

Cet arrière-plan est formé de grands principes qui sont d'une part, les idées qui conditionnent la démarche de connaissance (réalisme ou positivisme) et d'autre part, l'ontologie utilisée (les présupposés concernant le réel, ici le matérialisme). Ces principes sont "premiers", au sens où ils influent sur l'ensemble de la recherche (ils l'orientent). Ils font partie de ce qui constitue le socle épistémique d'une science.

Ces principes sont souvent implicites et nécessitent alors d'être mis à jour. Par contre, dans le cas de la mécanique quantique des années 1950, ils ont été clairement exposés et débattus.

Abonnement à Philosophie, science et société

Cet abonnement sert uniquement à être informé de la parution d'un nouvel article dans Philosophie, science et société.