Entre 1915 et 1925, le Mouvement pour la nouvelle culture a posé les jalons de la modernité chinoise et a nourri la pensée des révolutionnaires communistes. Aujourd’hui, les autorités hésitent pourtant à revendiquer son héritage, conscientes de ses potentialités contestataires.

À l'époque, des manifestations étudiantes revendiquaient plus de « science » et de « démocratie », envisagées comme les piliers d’une modernité en construction dans un pays qui vivait une difficile transition politique, celle d’un empire autocentré vers un État-nation capable de s’intégrer dans le concert des nations modernes. Mais,

"les Lumières chinoises sont le grand projet inabouti de la nation" (Jin Guantao et Liu Qingfeng, 2009).

À l'occasion de ce rappel historique, David Bartel, dans son article" Qu'a-t-on fait des Lumières chinoises ? ", met en avant l'Universalisme des Lumières et son caractère profondément antidespotique. Cet Universalisme a une force critique importante par la promotion d'un idéal supérieur.

 

L'idée de droits humains inaliénables, droit à la liberté et droit de vivre dans la dignité, ouvre une brèche dans les idéologies de l'asservissement. Si un pouvoir despotique peut les limiter ou les interdire, il ne peut en faire complètement disparaître la légitimité. Déclarés inaliénables et imprescriptibles, ils acquièrent une indépendance, une force et une pérennité qui les protègent des remises en question politiques circonstancielles. On voit bien là que le socle d'universalisme de la pensée des Lumières offre un potentiel de contestation puissant contre les régimes autoritaires.

Les sociétés non européennes, et en particulier la Chine voulant participer au développement économique mondial, gardent soigneusement à distance les valeurs universelles des Lumières qui pourraient entraver leur course à la puissance et être une source de critique de leurs systèmes politiques autoritaires (au nom de normes culturelles spécifiques). Le relativisme culturel est l'arme idéologique pour lutter contre l'universalisme et la défense des libertés.

 

Bibliographie :

David Bartel, « Qu’a-t-on fait des Lumières chinoises ? », La Vie des idées , 14 juillet 2017. http://www.laviedesidees.fr/Qu-a-t-on-fait-des-Lumieres-chinoises.html