Imprimer


La post-vérité : une banale poussée de propagande idéologique ?

« Post » signifie après, postérieur dans le temps. Son emploi, eu égard au discours politico-médiatique, voudrait dire que nous serions collectivement "après" un moment de relative vérité.

Mais, ce préfixe ne se réfère pas simplement à la temporalité, il signale aussi la disparition, la perte d’importance ou de pertinence. Ce qui avait de l’importance n’en aurait plus, ce serait dépassé. La vérité n’aurait plus d’importance. Est-ce bien le cas ? N'avons nous pas plutôt affaire à une offensive menée contre les savoirs solides pour y substituer des croyances idéologiques arrangeantes (pour certains) ?

La vérite est un vieille affaire, peut être même celle qui est à l'origine de la philosophie et de la science. Rappelons le combat initial contre les sophistes mené par Socrate, Platon et Aristote. Combat qui n'a jamais été complètement gagné.       

 

La post-vérité une banale poussée idéologique ?