Archives pour l'étiquette art au quotidien

Estas Tonne – The Song of the Golden Dragon

Avec son look hippie tout droit sorti des années 70, ce musicien russe à parcoure les rues d’Europe avec sa guitare et son ampli. Il s’installe au milieu d’une rue passante,  allume l’encens accroché Esta Tonnneau sillet de sa guitare, s’accorde et commence à jouer ! Les passants s’arrêtent, écoutent et profitent d’une musique en partie improvisée, servie par une virtuosité impressionnante.

Son site : http://estastonne.bandcamp.com/

Une improvisation qui vaut le coup.

Le désir est-il convivial ?

Le blog de l’An 01 présente régulièrement dans la rubrique Art ce que nous nommons de « l’art au quotidien », celui qui améliore notre quotidien ou qui apporte un éclairage direct sur notre vie. C’est le cas de la lecture de textes philosophiques conçue par  Dany-Robert Dufour avec la coordination artistique de Philippe Adrien.

C’est à Vincennes au Théâtre de la Cartoucherie et intitulé  : LE DÉSIR EST-IL CONVIVIAL  ? 

Les textes sont de Dany-Robert Dufour, Alain Caillé, François Flahault et Jean-Pierre Lebrun.

Argument : le désir. Que veut-il ? Se satisfaire égoïstement jusqu’à tout prendre à l’autre… ou se tourner vers l’autre jusqu’à tout lui donner ? La question divise depuis toujours les bons esprits ; elle a pris aujourd’hui un tour pressant. La solution ultralibérale s’est finalement imposée et les résultats sont là : l’économie marchande, commandée par des maximes égoïstes, impose ses lois aux autres économies humaines (symbolique, psychique, politique, discursive) et met à mal l’économie du vivant. Tous les rapports humains doivent être débarrassés des anciens systèmes de solidarité – ce qui ringardise tout penchant altruiste. La pression de cette idéologie est si forte qu’elle fait de nous des altruistes repentis, contraints à l’égoïsme… ou des égoïstes hantés par l’altruisme.

 DU 18 JUIN AU 21 JUIN 2015

plan_acces_tempete

Les jeudi, vendredi et samedi à 20h30 et le dimanche à 16h30

// ENTREE LIBRE //

Salle Jean-Marie SERREAU

Les investisseurs

Par La parisienne libérée et Mimoso. Trop bien!

 

Qui sont les investisseurs : Les institutionnels spéculatifs ou hedge fund,  les institutionnels collectifs tels que caisse de retraite, assurance vie, les fonds souverains du Quatar et autres monarchies pétrolières, et enfin les investisseurs privés. Parmi les privés il y a ceux qui ne compte pas  et se font plumer (les petits) et ceux qui comptent et peuvent orienter les marchés. Par exemple  Soros « pèse » 19 milliards de dollars, John Paulson 11 milliards, la star actuelle Ray Dalio 10 milliards dont 4 gagnés l’an dernier.

Regardez aussi les autres vidéos de La parisienne libérée , ça vaut le coup.

 

L’art et ses utilisations

Une vidéo qui montre ce que pourrait être l’art au quotidien et ce qu’est le spéculart (la spéculation sur et par l’art)

Si ça vous a intéressé la suite est dans les liens ci-dessous :

http://www.dailymotion.com/video/xbc5ig_l-art-s-explose-part-02_news?search_algo=1

http://www.dailymotion.com/video/xbc5kd_l-art-s-explose-part-03_news?search_algo=1

http://www.dailymotion.com/video/xbc5ln_l-art-s-explose-part-04_news?search_algo=1

http://www.dailymotion.com/video/xbc5mt_l-art-s-explose-part-05_news?search_algo=1

 

En prime des nouvelles du spéculart en Chine.

« La valeur totale de l’art chinois contemporain dans les ventes aux enchères est passée de moins de 1 million $ en 2002 à 167,4 millions $ en 2010, selon la société ArtTactic. « Ces chiffres peuvent facilement doubler si vous tenez compte des pièces vendues dans les galeries et les expositions d’art », ajoute Anders Petterson,  le directeur d’ArtTactic.

Ce n’est pas seulement les artistes les plus célèbres comme Zhang Xiaogang, Zeng Fengzhi et Ai Weiwei qui voient la valeur de leur art grimper fortement. Même des artistes chinois relativement peu connus voient le prix de leurs oeuvres augmenter considérablement. « La vitesse en tout est totalement effrayante », déclare Alistair Hicks, conseiller artistique et conservateur pour la Deutsche Bank.

“Les gens ne deviennent pas des collectionneurs passionnés d’art en une nuit”, précise Mr Petterson de ArtTactic, « c’est le résultat d’une nouvelle monnaie d’investissement qui va dans le marché de l’art ». Pour les tout nouveaux millionnaires chinois qui cherchent à investir leur argent, l’art est un choix naturel. Au moins, trois institutions financières chinoises ont ainsi mis en place des fonds d’investissement dans l’art chinois ».

(Extr., BBC News par Katie Hunt, 7/6/2011)

 

Art au quotidien

Je ne prétends pas dire ce qu’est l’art en général, mais juste parler d’un art qui m’intéresse, l’art au quotidien, celui qui  s’intègre à la vie et la rend plus intéressante, moins routinière, qui la transforme et l’enchante.

Pour cela, il faut qu’il soit accessible. Ce ne peut pas être un art en boite, sous cloche, enfermé dans un mausolée. Il faut un art qui nous parle au présent, pas une forme du passé, conservée dans la naphtaline pour être ressortie précautionneusement devant l’oeil révérencieux des zamateurs zéclairés.

Ce ne peut pas être un art de distinction sociale, soit qu’il serve aux riches à montrer ostentatoirement qu’ils le sont, soit qui serve à la racaille pour affirmer son ressentiment. L’art qui s’adresse à la classe sociale ne m’enchante pas, il m’ennui.

Ce ne peut pas être un art de divertissement qui infantilise, qui endort le sens critique, qui nous fait prendre pour des super héros afin de mieux nous permettre d’être des super nuls le reste du temps. Cet art là ne m’enchante pas non plus, il me dégoûte.

 

Photo Agnès H, Musique Emanuelle B.